Accéder au contenu principal

Bob Morane Renaissance (Les Terres rares)

... Lecteur de bandes dessinées étasuniennes, et plus précisément de comics mainstream (c'est-à-dire le courant majoritaire : celui des super-héros (Pour en savoir +)) depuis mes plus jeunes années, avec des personnages tels que Superman ou encore Les Quatre Fantastiques (Pour en savoir +), à la longévité insolente et qui vivent dans un univers régit par le principe dit de continuité (Pour en savoir +) ; ou encore lecteur de Marvelman (Pour en savoir +) créé pour palier en Grande Bretagne la disparition aux U.S.A d'un personnage que l'éditeur britannique L. Miller and Son utilisait et dont il ne pouvait pas se passer compte tenu de sa popularité.
Personnage, en l’occurrence ici Captain Marvel (Pour en savoir +), qui au demeurant fera bien des années plus tard un retour remarqué chez l'éditeur qui avait tout fait dans les années 1940-1950 pour justement le faire disparaître : DC Comics.
Ce même Marvelman fera par ailleurs un retour dans les années 1980 sous la plume d'Alan Moore (Pour en savoir +) pour ensuite aller aux Etats-Unis sous le nom de Miracleman (Pour en savoir +).
Donc, lecteur de comic books de super-héros où même la disparition d'un éditeur avec son écurie de personnages n'est jamais définitive (Pour en savoir +).
Et cela depuis mes plus jeune années, de celles où la suspension volontaire d'incrédulité est une seconde nature : capable d'apprendre à lire avec Poucet et son ami l'écureuil tout en étant un valeureux Indien face à des cowboys belliqueux  pendant la récré.
Mais également lecteur du Journal Spirou (Pour en savoir +) et de Tex Willer, ou encore de Janus Stark (Pour en savoir +), sans même savoir que dans cette multitude de personnages certains venaient d'Italie, d'autres de Bruxelles ou encore d'outre-Manche.
Femme d'Aujourd'hui n° 731
Or donc, si aujourd'hui je sais que Samuel T. Coleridge a formulé intellectuellement ce que je vivais "pour de faux" (voire pour de vrai certaines fois), en définissant le contrat, ou plutôt le pacte que passe le lecteur avec le livre qu'il lit, à savoir "la libre mise entre parenthèses de la faculté critique" ; il n'en demeure pas moins que la suspension volontaire d'incrédulité qui conditionne l'illusion poétique n'est pas (en ce qui me concerne en tout cas) une articulation intellectuelle mais bien une attitude naturelle, et même instinctive dès lors que j'ai dans "les mains" un artefact qui produit de la fiction.

Toute cette entrée en matière, que d'aucuns jugeront peut-être laborieuse, pour dire que le retour de Bob Morane dans une nouvelle version, avec de nouveaux auteurs, n'est pas en soi un obstacle en ce qui me concerne.
Or donc, reboot ou relaunch pour l'aventurier créé par Charles-Henri Dewisme alias Henri Vernes ?

Inventé en 1953 pour la collection de romans Marabout junior avant de devenir un héros de bande dessinée quelques années plus tard (prépublication dans le magazine Femmes d'aujourd'hui fin 1959) sous le crayon de Dino Attanasio, Bob Morane a déjà connu une sorte d'actualisation "définitive" lors de la parution de ses aventures chez l'éditeur Fleuve Noir (1988).
En effet né le 16 octobre 1925 (Cf. Francis Valéry) Bob Morane a dorénavant, en 1988 donc, et de façon définitive toujours 33 ans selon la volonté de son créateur Henri Vernes.
Gauthier van Meerbeeck 

L'INCIPIT

L'incipit (premiers mots d'un ouvrage) noue un "contrat de genre" en indiquant, au lecteur le code qu'il doit utiliser (ou suivre) dans le cadre de sa lecture.

Dès la première page le ton est donné, Luc Brunschwig & Aurélien Ducoudray plante le décor de façon astucieuse : plutôt que de faire un résumé ou un long récitatif, l'album comme in media res.
Les auteurs utilisent deux personnages pour nous expliquer où nous nous trouvons, l'huissier et surtout la journaliste.
Et c'est très efficace.
Un peu de science-fiction, un environnement politique & social très actuel, et potentiellement riche en développements. 
Tout cela est passionnant.
Dimitri Armand aux dessins et Hugo Facio à la couleur réalisent de très belles planches ; avec un mise en récit par moment (quand il faut serais-je tenté de dire) époustouflante : le découpage de ce qui se déroule dans l'avion est à couper le souffle, et la mise en parallèle avec la réception marche du tonnerre.
De l'action, mais aussi beaucoup d'émotion grâce justement à la dextérité des artistes qui donnent vie aux personnages au travers d'un découpage clair, des visages expressifs et un langage corporel suggestif.
Si vous ne connaissez pas la différence entre le suspense et la surprise telle qu'expliquée par Alfred Hitchcock, vous la comprendrez aisément en lisant cette album. 
Une excellente relance du personnage avec, à la fin du l'album une surprise qui vaut son pesant de cacahuètes.
Bref vous l'avez compris, j'ai été entièrement conquis par Bob Morane Renaissance et je serai de ceux qui liront la suite. 

... Je vous propose, en supplément de mon avis sur cet album, une émission radiophonique (plus probablement la transformation d'un documentaire télévisé en version mp3) sur Henri Vernes.
À la fois portrait, témoignage - on entend Henri Vernes s'exprimer -, bref tout cela me semble intéressant tant pour le néophyte en Bob Morane si je puis dire que pour l'aficionado du commandant.
Et c'est un plaisir de le partager :

Commentaires

  1. ça me donne envie de me laisser tenter (je suis en train de regarder sur You Tube les adaptations en dessin animé.)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…