Accéder au contenu principal

Sous le soleil de minuit + entretien avec Hugo Pratt

... Corto Maltese est à la fois idole, marchandise et probablement un objet de culte ; et si Hugo Pratt sera toujours le carbone 14 des aventures du marin Maltais, demandons-nous, l'espace d'un instant, si l'origine a toujours raison sur le présent ?

En tout cas, avec Sous le Soleil de minuitJuan Díaz Canales & Rubén Pellejero adaptent avec beaucoup de brio et de respect l'impédance de leur histoire à l'héritage de leur aîné, et il faudrait être de marbre pour le rester devant cet album qui par ailleurs, défie toute monotonie.
Rubén Pellejero & Juan Díaz Canales promènent tout au long de leur histoire un pur corps de fiction dans un environnement où l'espace et le temps s'ouvrent à un contrat et une esthétique de type documentaire.
Et, paradoxalement, en regardant bien le cadre où nous évoluons, on peut se rendre compte qu'il tient énormément de la fiction.
"Nous vivons au sein d'un gigantesque roman" comme le dira fort justement J. G. Ballard.
On sait par ailleurs, depuis Paul Veyne & Gilbert Durand que le sermo mythicus, le récit mythique, le récit du romancier et le récit de l'historien n'ont pas de différences de nature mais plutôt de degrés.
Hugo Pratt le savait déjà, et Rubén Pellejero & Juan Díaz Canales ne l'ont pas oublié ; eux qui font se croiser Jack London (Pour en savoir +), Waka Yamada, Matthew Henson, Frank Slavin & Corto Maltese
Tous ces éléments concourent selon moi, à une profonde immersion où l'on s'abstrait du monde tout en y participant.
Une véritable gageure, fort réussie au demeurant   

En conclusion, on nous dit souvent qu'il n'y a rien de neuf sous le soleil, c'est peut-être vrai, mais sous celui de minuit [-_ô] il y a un très bel album & une magnifique reprise que si j'ose dire, notre duo gagne haut la main dès le premier round !
Tout à fait le genre d’événement qui ne peut que donner envie d'en lire plus ( un quatorzième tome par exemple), mais aussi de se replonger dans ceux du maître lui-même.

... En bonus, je vous propose un entretien avec Hugo Pratt conduit par Numa Sadoul et qui date du siècle dernier et plus précisément de 1976.
Il est  extrait de la revue Les Cahiers de la Bande Dessiné (n°32 - janvier 1977) ...










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.