Accéder au contenu principal

La Guerre des mondes (1938)


... Vous le savez surement, en 1938 Orson Welles pour la station de radio CBS News, crée en direct une fiction radiophonique inspirée du roman de son presque homonyme H. G. Wells : La Guerre des mondes.
Toutefois cette pièce radiophonique est une mystification.

En effet, la soirée du 30 octobre 1938, débute avec un divertissement annoncé par le présentateur de la station, ce même présentateur fait état sans en avoir l'air d'une "perturbation atmosphérique", puis "d'explosions de gaz incandescent observées sur la planète Mars" qui semble se diriger vers la Terre "à une vitesse faramineuse".
Puis c'est un enchaînement de faits de plus en plus dramatiques qui supplante le divertissement prévu, des faits qui aboutissent à une explications : les Martiens débarquent sur Terre.

Cette émission de radio et ce qui l'entoure, à savoir qu'elle a déclenché une vaste panique aux U.S.A sont arrivées jusqu'à nous. 
Ça fait en quelque sorte partie de notre imaginaire collectif.

Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que si l'émission de radio était une mystification, la soi-disant panique en est une aussi.
Déjà, à l'époque, la radio est un média neuf, et il semblerait que l'émission n'ait eu qu'un taux d'audience proche de 2%.
Bien peu pour déclencher la panique dont on l’entoure encore aujourd'hui.

Plus probablement il se serait agit le lendemain et le sur-lendemain, de quelques faits de panique mineurs certes, mais surtout, relayés par les quotidiens qui, à l'époque, voyait d'un très mauvaise œil l'arrivée de la radio dans leur pré carré. 
En effet depuis la campagne de l'élection de Roosevelt nous dit Thomas Snégaroff (historien & spécialiste des Etats-Unis) la presse écrite avait été ringardisée : "il est probable que les journaux cherchaient à prouver que la radio n'était pas fiable."

Il y a une dizaine d'années je crois, Pierre Lagrange avait fait paraître un livre sur le sujet où il expliquait que le phénomène avait eu moins de répercussions qu'on ne lui en prête d'ahbitude.  

Ceci étant dit, je vous propose d'écouter une adaptation  de la pièce radiophonique d'Orson Welles, en français, diffusée dans les années 1990 sur un CD publicitaire.
Bonne écoute. [-_ô]
   

Commentaires

  1. Il me semble que, plus récemment, notre ami Nikolavitch avait abordé la question dans l'un de ses ouvrages érudits. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ?
      Je ne m'en souviens pas, mais ça ne m'étonnerait pas.
      [-_ô]

      Supprimer
    2. Merci pour le balado, je vais écouter ça avec attention.
      J'ai souvent lu que l'impact de cette fiction radiophonique avait grandement été exagéré, sans que cela ne soit du fait de Welles lui-même (pourtant assez baratineur, dans son genre).
      Il est probable que la principale répercussion de cette émission ait été d'attirer l'attention d'Hollywood sur le petit prodige de la radio et du théâtre.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un