Accéder au contenu principal

La Guerre des mondes (1938)


... Vous le savez surement, en 1938 Orson Welles pour la station de radio CBS News, crée en direct une fiction radiophonique inspirée du roman de son presque homonyme H. G. Wells : La Guerre des mondes.
Toutefois cette pièce radiophonique est une mystification.

En effet, la soirée du 30 octobre 1938, débute avec un divertissement annoncé par le présentateur de la station, ce même présentateur fait état sans en avoir l'air d'une "perturbation atmosphérique", puis "d'explosions de gaz incandescent observées sur la planète Mars" qui semble se diriger vers la Terre "à une vitesse faramineuse".
Puis c'est un enchaînement de faits de plus en plus dramatiques qui supplante le divertissement prévu, des faits qui aboutissent à une explications : les Martiens débarquent sur Terre.

Cette émission de radio et ce qui l'entoure, à savoir qu'elle a déclenché une vaste panique aux U.S.A sont arrivées jusqu'à nous. 
Ça fait en quelque sorte partie de notre imaginaire collectif.

Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que si l'émission de radio était une mystification, la soi-disant panique en est une aussi.
Déjà, à l'époque, la radio est un média neuf, et il semblerait que l'émission n'ait eu qu'un taux d'audience proche de 2%.
Bien peu pour déclencher la panique dont on l’entoure encore aujourd'hui.

Plus probablement il se serait agit le lendemain et le sur-lendemain, de quelques faits de panique mineurs certes, mais surtout, relayés par les quotidiens qui, à l'époque, voyait d'un très mauvaise œil l'arrivée de la radio dans leur pré carré. 
En effet depuis la campagne de l'élection de Roosevelt nous dit Thomas Snégaroff (historien & spécialiste des Etats-Unis) la presse écrite avait été ringardisée : "il est probable que les journaux cherchaient à prouver que la radio n'était pas fiable."

Il y a une dizaine d'années je crois, Pierre Lagrange avait fait paraître un livre sur le sujet où il expliquait que le phénomène avait eu moins de répercussions qu'on ne lui en prête d'ahbitude.  

Ceci étant dit, je vous propose d'écouter une adaptation  de la pièce radiophonique d'Orson Welles, en français, diffusée dans les années 1990 sur un CD publicitaire.
Bonne écoute. [-_ô]
   

Commentaires

  1. Il me semble que, plus récemment, notre ami Nikolavitch avait abordé la question dans l'un de ses ouvrages érudits. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ?
      Je ne m'en souviens pas, mais ça ne m'étonnerait pas.
      [-_ô]

      Supprimer
    2. Merci pour le balado, je vais écouter ça avec attention.
      J'ai souvent lu que l'impact de cette fiction radiophonique avait grandement été exagéré, sans que cela ne soit du fait de Welles lui-même (pourtant assez baratineur, dans son genre).
      Il est probable que la principale répercussion de cette émission ait été d'attirer l'attention d'Hollywood sur le petit prodige de la radio et du théâtre.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…