Accéder au contenu principal

La Guerre des mondes (1938)


... Vous le savez surement, en 1938 Orson Welles pour la station de radio CBS News, crée en direct une fiction radiophonique inspirée du roman de son presque homonyme H. G. Wells : La Guerre des mondes.
Toutefois cette pièce radiophonique est une mystification.

En effet, la soirée du 30 octobre 1938, débute avec un divertissement annoncé par le présentateur de la station, ce même présentateur fait état sans en avoir l'air d'une "perturbation atmosphérique", puis "d'explosions de gaz incandescent observées sur la planète Mars" qui semble se diriger vers la Terre "à une vitesse faramineuse".
Puis c'est un enchaînement de faits de plus en plus dramatiques qui supplante le divertissement prévu, des faits qui aboutissent à une explications : les Martiens débarquent sur Terre.

Cette émission de radio et ce qui l'entoure, à savoir qu'elle a déclenché une vaste panique aux U.S.A sont arrivées jusqu'à nous. 
Ça fait en quelque sorte partie de notre imaginaire collectif.

Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que si l'émission de radio était une mystification, la soi-disant panique en est une aussi.
Déjà, à l'époque, la radio est un média neuf, et il semblerait que l'émission n'ait eu qu'un taux d'audience proche de 2%.
Bien peu pour déclencher la panique dont on l’entoure encore aujourd'hui.

Plus probablement il se serait agit le lendemain et le sur-lendemain, de quelques faits de panique mineurs certes, mais surtout, relayés par les quotidiens qui, à l'époque, voyait d'un très mauvaise œil l'arrivée de la radio dans leur pré carré. 
En effet depuis la campagne de l'élection de Roosevelt nous dit Thomas Snégaroff (historien & spécialiste des Etats-Unis) la presse écrite avait été ringardisée : "il est probable que les journaux cherchaient à prouver que la radio n'était pas fiable."

Il y a une dizaine d'années je crois, Pierre Lagrange avait fait paraître un livre sur le sujet où il expliquait que le phénomène avait eu moins de répercussions qu'on ne lui en prête d'ahbitude.  

Ceci étant dit, je vous propose d'écouter une adaptation  de la pièce radiophonique d'Orson Welles, en français, diffusée dans les années 1990 sur un CD publicitaire.
Bonne écoute. [-_ô]
   

Commentaires

  1. Il me semble que, plus récemment, notre ami Nikolavitch avait abordé la question dans l'un de ses ouvrages érudits. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ?
      Je ne m'en souviens pas, mais ça ne m'étonnerait pas.
      [-_ô]

      Supprimer
    2. Merci pour le balado, je vais écouter ça avec attention.
      J'ai souvent lu que l'impact de cette fiction radiophonique avait grandement été exagéré, sans que cela ne soit du fait de Welles lui-même (pourtant assez baratineur, dans son genre).
      Il est probable que la principale répercussion de cette émission ait été d'attirer l'attention d'Hollywood sur le petit prodige de la radio et du théâtre.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®