Accéder au contenu principal

Young Avengers : 01-15 (Gillen/McKelvie)

... Dernièrement j'ai lu les 15 numéros de la série de Kieron Gillen & Jamie McKelvie intitulée Young Avengers, enfin lire c'est peut-être beaucoup dire.
Gillen je le connais pour avoir lu son run sur Loki, ce scénariste fait partie de ceux dont les idées m'intéressent mais dont j'ai peine à maintenir mon intérêt lorsqu'il les développe. Cela dit Loki est ce qui m'a le plus intéressé. 
J'ai essayé The Wicked + The Divine sans beaucoup de succès, idem pour Phonogram ; à chaque fois les préoccupations des personnages, l'environnement dans lequel ils évoluent tout cela me laisse de marbre et n'éveille pas une once d’intérêt de ma part.
Reste que j'ai donc eu l'occasion de lire Young Avengers.
Il faut dire aussi que Jamie McKelvie, le dessinateur de la série, est quelqu'un dont j'apprécie assez le travail et c'était là ma première motivation.
La seconde est assez pragmatique, on me prêtait les numéros en question en V.F
Las ! Assez rapidement les péripéties et les atermoiements des personnages m'ont d'abord lassé puis, complètement laissé indifférent.
Je n'ai terminé la série que parce que je l'avais sous la main et pour regarder (et non pas lire) les pages dessinées par McKelvie. 
Certaines pages sont vraiment intéressantes en terme de construction et de ce qu'elle apporte au récit (du moins le peu que j'en avais compris), c'est assez bluffant.
Et plutôt ludique & divertissant ...
    
Je disais que je ne lisais plus qu'en travers et de façon plus que succincte les textes de cette histoire, et patatras il a fallu que je tombe sur une bulle de dialogue qui a éveillé mon attention.
Mais pas la meilleur part de l'attention que l'on peut porter à quelque chose, en ce sens qu'il me semble que le traducteur, que je tiens par ailleurs en haute estime, je l'ai souvent dit, m'a semble-t-il fait une petite confusion :
Confusion disais-je, dans la mesure où il y a une erreur dans la bulle de dialogue manifeste entre le terme "infraction" et le mot "effraction", cela dit c'est une erreur minime sur un total de 300 pages de BD.
En outre elle aurait pu être évitée, je crois, avec une simple relecture par quelqu'un dont c'est le travail. Quelqu'un qui n'a pas, comme le traducteur, "la tête dans le guidon" ! 
Pas de quoi accabler le traducteur, en tout cas de mon point de vue. 
Si je parle de cette anecdote c'est parce qu'elle m'a entraîné vers d'autres horizons.
Or donc, toujours est-il que j'ai voulu tout de même voir la version originale, après tout il y avait peut-être un aspect comique qui m'échappait  :
Et là patatras bis !
Puisque j'avais quelques numéros en V.O, tout aussi gracieusement prêtés je les ai feuilletés ; et je me suis aperçu que l'éditeur Panini enlevait les pages de crédits et les pages de résumé pourtant assez intéressantes, pour certaines, en terme esthétique.
Du moins à mes yeux. 
C'est d'autant plus dommage que les crédit & les résumés sont un peu des exercices imposés et qu'il peut être intéressant de voir comment les scénaristes et les artistes se débrouillent avec.
Néanmoins je dois dire qu'il ne me semble pas que l'absence de ces pages nuisent à l'histoire.
Reste de ma lecture un scénario dont je n'ai pas fait grand cas, une indifférence qui vient non pas de l'écriture en elle-même, du moins je ne crois pas, mais plutôt de mon désintérêt des préoccupations des jeunes gens qui peuplent ces 15 numéros.

Un run dont je ne garderai en tête que quelques pages de Jamie McKelvie, plutôt sympathiques et spectaculaires :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®