Accéder au contenu principal

Bad Boy (Miller & Bisley)

.... Un Simon Bisley très très en forme, et un Frank Miller inspiré par la Quatrième dimension ; il n'en faut pas plus pour un très court récit lorgnant vers une libido juvénile & un mauvais esprit réjouissant. Publié par l'éditeur étasunien ONI Press en 1997, et traduit par Lorraine Darrow pour les éditions hexagonales Rackham trois ans plus tard, Bad Boy, aurait pu être un petit chef d'oeuvre si Miller avait eu un poil plus d'imagination. 

La chute de cette histoire de S-F & de 44 pages, matinée d'une touche d'épouvante a, pour le moins, un vilain goût de queue de poisson. Quand bien même n'en voit on pas l'ombre d'un.
À l'époque un prix assez prohibitif de 7,22 €, cinquante francs précise la quatrième de couverture en ces temps de préparation de passage à l'euro, nous sommes alors en 2000 après Jésus-Christ, m'avait fait remettre aux calendes grecques l'achat (et la lecture) de ce one-shot
Cela dit, j'ai vu que Panini l'avait réédité en 2009 au prix de 10 €, moyennant quelques croquis supplémentaires, et une couverture (très Sin City) de Miller himself
C'est bien cher payé, et plus que l'érosion monétaire acceptée par l'INSEE (7,62 € en 2000 valent 8,90 € en 2009), pour quelques croquis supplémentaire, et une nouvelle couverture, si vous voulez mon avis.
.... Reste que ma patience a été récompensée, après 17 ans, puisque pas plus tard que mercredi dernier, j'ai mis la main sur l'exemplaire de la médiathèque que j'écume régulièrement.

Et, malgré sa chute abrupte, cette petite histoire grinçante, à défaut d'être un chef d'oeuvre supplémentaire à mettre sur le compte de Frank Miller, est un petit joyaux dans la déjà riche collection de Bisley (qui se charge aussi des couleurs). C'est déjà pas mal. 

D'autant que j'ai eu l'occasion de lire dans la foulée Pue la mort toujours dessinée par Bisley, et écrite par Alan Grant, et là pour le coup il n'y a rien à sauver. Scénario inepte et un Simon Bisley méconnaissable. Pour ceux qui voudraient expier leurs péchés, cette BD se trouve aux éditions Wetta.
Pas de quoi non plus rendre honteux le scénariste, puisque la fin de Bad Boy est peut-être un choix (dont la profondeur m'échappe), et qu'en outre ce qui la précède, se lit avec un petit sourire en coin et la rétine explosée. Pour un coût sans concurrence. 

  

Commentaires

  1. J'en garde un très bon souvenir pour ma part. Déjà pour la prestation de Bisley, mais aussi pour celle de Miller : ce n'est certes pas là son travail le plus marquant, en effet, mais il sort ici je trouve des sentiers battus par ses propres soins. Rien que pour ça, c'est une lecture que je recommanderais à ses fans qui n'auraient pas encore lu cet opuscule...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er