Accéder au contenu principal

Northlanders t.01 (Brian Wood & Co.)

Massimo Carnevale
.... Après avoir lu plusieurs histoires écrites par Brian Wood : DMZ, Mara (l'indigence d'icelle en fait un « must-read »), The New York Five ; je suis étonné de la place qu'il occupe dans le milieu - eu égard aux projets sur lesquels il collabore, et surtout leur publication par des éditeurs - et le peu d’intérêt et la monotonie que m'inspire son travail.
Mais j'imagine bien que je ne suis pas représentatif du gros du lectorat.

Et ce n'est pas le premier tome de Northlanders - sous-titré Le livre anglo-saxon* - qui va me faire revenir sur ce que j'en pense.
Dean Ormston
Ce premier volume (/3), publié par Urban Comics, est un sacré volume d'eau tiède assez représentatif du travail de Wood, dont le seul intérêt à mes yeux réside (une nouvelle fois) dans la présence de très bons dessinateurs & d'excellents coloristes.
Artistiquement, ces plus de 450 planches sont un sans-faute (voir la première illustration de ce commentaire™© pour la liste des collaborateurs de Brian Wood).
Pour le reste, seul l'arc intitulé La croix et le marteau tire son épingle du jeu. Et encore.

En effet, le twist narratif (le seul du recueil, une sorte de record) se devine bien avant qu'il ne se manifeste, et les anachronismes aussi amusants soient-ils témoignent surtout - à mon avis - d'un manque d'imagination.

Il est en effet sûrement plus facile de s'inspirer des multiples séries télévisées qui mettent en scène des enquêteurs dressant le profil de suspects tout en utilisant un arsenal pseudo-scientifique, que d'inventer une chasse à l'homme en plein XIème siècle de façon captivante durant un peu plus de 130 pages. Oui 130 pages c'est long, quand bien même sont-elle dessinées par Ryan Kelly & colorisées par Dave McCaig.

Mais je ne voudrais pas paraître trop bégueule non plus. [-_ô]
Ryan Kelly
 .... En conclusion, un premier tome qui regroupe 20 numéros (parus mensuellement aux U.S.A. sous le label Vertigo) inversement aussi creux scénaristiquement parlant qu'il sont réussis artistiquement. 
Un recueil que j'ai décidé de finir ne serait-ce que pour faire preuve d'équité envers le scénariste lorsqu'il est apparu que je ne dirais pas du bien de sont travail.

Heureusement ce clavaire ne m'a coûté qu'un déplacement à la médiathèque, une marche qui sera finalement l'un des deux seuls aspects positifs de l'affaire (avec, je le rappelle, la flopée d'artistes prenant part à l'aventure).
Dave McCaig
_______________________________
• Traduction de Benjamin Rivière (qui n'hésite pas à traduire «Lice-Beard », félicitations) du studio MAKMA
• Lettrage de Moscow*Eye

J'ajouterai également Willem Meerloo à l'adaptation graphique, bien que je ne sache pas précisément ce que recouvre ce poste.

* Je salue le travail d'édition de l'équipe éditoriale d'Urban Comics qui a décidé de donner une cohérence géographique & chronologique au travail du scénariste, en sus de proposer une préface et une postface de Patrick Weber. Ainsi que le choix de publier cet ouvrage (comme la totalité de son catalogue je crois bien) sur du papier mat.

Prix : 28,00 € 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er