Accéder au contenu principal

LAZARUS t.5 Génocide programmé

Couverture d'Owen Freeman
.... Ce cinquième tome de la série, écrite par Greg Rucka, dessinée par Michael Lark - assisté à l'encrage par Tyler Boos- & colorisée par Santi Arcas s'apprécie à la fois, en tant que tel mais aussi en ce qu'il s'inscrit dans une série à la qualité grandissante. Une série dont le scénariste a laissé entendre un temps, qu'il avait suffisamment d'idées pour écrire une centaine de numéros.
Pour mémoire, Génocide programmé reprend les numéros 22 à 26 parus mensuellement aux U.S.A.

Dans le cadre de la série donc, ces 5 numéros restent à la hauteur de ceux qui l'ont précédés. Et si le titre dudit recueil est tout à fait explicite quant à ce qui s'y déroule, il n'empêche pas Rucka de faire toujours autant preuve de finesse et de duplicité. Et de réserver quelques surprises, dont une particulièrement terrifiante.
Du moins son introduction dans la série fait tout pour qu'elle le soit. Et c'est très réussi.

En tant qu'album, bien qu'il ne puisse être lu indépendamment, Génocide programmé est un excellent arc. Michael Lark, qui explique par ailleurs vouloir prendre un peu de repos, y est au sommet de son art. Aussi à l'aise dans les scènes plus intimistes, ou celles qui requièrent discrétion et conciliabules en catimini, que dans l'action tous azimuts, voire dans l'horreur brute & gore.
Le travail de Santi Arcas est tout autant à la hauteur.

Ces deux artistes donnent un supplément d'âme à une série déjà très au-dessus de ce qui se fait en ce moment, tous éditeurs confondus.
.... Comme je le laisse entendre, Michael Lark a donc annoncé dans les pages consacrées aux courriers (du numéro 26) qu'il va prendre un peu de repos, après 182 semaines passées (exclusivement) sur Lazarus.
Mais le titre ne va pas s'arrêter pour autant.

Greg Rucka annonce en effet pour juillet une mini-série en 6 numéros, dessinés par des artistes différents, et dédiés chacun à des personnages également différents. Intitulée Lazarus X-66 elle sera écrite par Rucka en collaboration avec un autre scénariste à chaque numéro. Il annonce aussi deux « source books » à paraître, mais la politique éditoriale que l'éditeur Glénat mène sur ses titres venus des Etats-Unis, me fait dire que nous n'y aurons pas droit (sous quelque forme que ce soit). 
À propos de politique éditoriale, Glénat dissimule toujours aussi bien le nom des traducteurs et des lettreurs qui travaillent pour lui ; en l'état il s'agit respectivement d'Alex Nikolavitch et de Fred Urek. 

.... En conclusion, avec cette série Rucka & Lark ont en effet construit au fur et à mesure une dystopie particulièrement riche, tant en termes de personnages que d'intrigues (les uns alimentant les autres & vice versa), que leurs talents conjugués pourraient - sans faiblir - mener à une bonne centaine de numéros.

Et Génocide programmé est une nouvelle étape - remportée haut la main - vers ce sans-faute (souhaité).  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er