Accéder au contenu principal

Miami Vice (le film)

.... À croire que la durée d'un film (2 heures 19) est la contrepartie des longueurs que nous impose son réalisateur : « c'est pas bon mais au moins c'est long ». Certainement moins que le scénario sur lequel il s'appuie, en tout cas.

Cette fois-ci il s'agit de Michael Mann, qui a eu l'idée de greffer à son long-métrage - le susdit Miami Vice - des clips tout aussi longs de ses tubes préférés.
Si la série télévisée était déjà un modèle de vacuité, sa transposition au cinéma est une belle réussite qu'on ne peut décemment pas accuser de trahir sa source.
Oserais-je dire que Mann se regarde filmer ? En tout cas c'est assez bien imité, et le plaisir qu'il y a pris semble inversement proportionnel à celui que j'ai pris à en regarder le résultat. 
Ajoutons un scénario qui ne s’embarrasse ni de cohérence, ni d'une once d'originalité.
En effet comment croire qu'une organisation capable de retrouver en l'espace de quelques heures les proches d'un agent infiltré, ne puisse pas éventer sa couverture ? 

Pour le reste il s'agit d'un cinéma à fort taux de testostérone, sans surprise, interprété par un Jamie Foxx qui s'en sort très bien, d'un Colin Farrell qui en fait des tonnes (mais son personnage l'exige aussi), et d'une Gong Ltrès crédible, dont le personnage plutôt intéressant du début perd assez rapidement de son magnétisme, dommage. 

Le reste du casting est soit vaguement présent, ou très caricatural (quand ce n'est pas un mélange des deux).

Un film que j'aurais pu ne pas voir (si ce n'est qu'il m'a permis de constater que la touche « avance rapide » est une belle invention).  

Commentaires

  1. Laurent Lefeuvre m'a vanté les qualités de Mann sur ce film... Moi, Mann m'ennuie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, si j'en crois ce "Miami Vice", et "Hacker" que j'ai vu il y a quelques mois.

      Supprimer
  2. Entre-nous, le matériau de départ était déjà pseudo-esthétisant et boursouflé.

    RépondreSupprimer
  3. moi, j'ai bien aimé, c' est à partir de public ennemies que j' ai trouvé qu' il commençait à faire n' importe quoi et que les critiques étaient devenus aveugles ( en me survendant notamment dans hacker un gunfight entre des blocs de béton totalement anecdotique )

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er