Accéder au contenu principal

Sherlom Lhockes

... Un détective privé à l'allure débraillée et au galurin improbable, au cerveau alerte et ayant un net penchant pour la baston, accompagné de son fidèle complice se retrouve confronté à un complot ourdi par un machiavélique mage versé dans les Arts Sinistres, aidé en cela par une loge de thaumaturges d'opérette.

Si ces deux personnages principaux s'inspirent d'illustres modèles inscrits depuis des lustres au firmament de la littérature, et en bonne place dans l'imaginaire collectif, saluons l'initiative de la production de ne pas en revendiquer trop ouvertement la filiation.
Certes, il ne faut pas sortir de la cuisine de Jupiter pour remarquer l'anagramme construit autours du nom du héros : Sherlom Lhockes.

Cependant Sherlom Lockes s'éloigne ostensiblement de son modèle, et s'il utilise sa matière grise c'est dirons-nous un peu par accident. Un fin nappage de déductions (malheureusement alourdit par trop d'ostentation) recouvre divers tranches de bourres-pif et autres crocs-en-jambe.
Malheureusement les nombreux combats au corps à corps souffre d'une mise en scène qui à défaut d'avoir des acteurs retaillés (ou pour le moins des cascadeurs) se doit d'être brouillonne, syncopés et saccadés pour donner une illusion d'efficacité et de dynamisme. Peine perdue.

.....Un magnifique chamane fulchibar
Quoiqu'on entraperçoive une belle technique de Fulchibaritsu (dont j'aurai le plaisir de vous parler prochainement), ne soyons pas mesquin en plus d'être mauvais public. Ainsi qu'un chaman fulchibar (ceux dont les muscles sont l'esprit).

Où en étais-je ?

Le scénario ?

... Durant presque 1 heure 15, nous sommes trainés ventre à terre aux basques d'une intrigue qui subira à son corps défendant un retournement de situation plus efficace encore qu'un retournement de veste et à tout le moins aussi frustrant, amenant le spectateur à déduire qu'on l'a pris non pas en stop mais pour un con.

Admirez ici la pertinence quantique du propos où l'observateur se retrouve dans la peau de celui qu'il observe depuis presque 2 heures.
Car vous l'avez compris, ce bon vieux Sherlom Lhockes se targue à l'instar de son illustre cousin britannique d'être un as de la déduction, ce que devient le spectateur incrédule déduisant qu'il a été pris pour un con. CQFD !

Toutefois entendons-nous bien, nombre de personnes ont travaillé sur ce projet : techniciens, accessoiristes, habilleurs voire habilleuses, figurant(e)s, éclairagistes &cætera ... et il n'est pas dans mes intentions de vouer aux gémonies leur travail. Si ce flim ne m'a pas plu, il plaira certainement à d'autres.
Le monde dans lequel nous vivons réserve heureusement encore un brin d'étrangeté.

Et puis sont-ils responsables d'un scénario en macramé et d'une réalisation en peau de lapin de garenne, je vous le demande !


D'autant que la suite, qui tente de prendre forme dés ce premier opus c'est dire, va selon mes déductions astrologiques mettre aux prises de Fulchibaritsu le détective Sherlome Lhocks et son fidèle docteur Stetson face au professeur Miguelito Loveless qui après avoir fait disparaitre de la Sierra Madre les deux héroïques agents du gouvernement James West & Artemus Gordon et s'être emparé de leur attirail va mettre à feu et à sang Hell's Kitchen, le fief de nos deux intrépides détectives en herbe à chat.




Sherlom Lhockes le détective aux muscles de matière grise est un flim que l'on peut ne pas voir conséquemment à un scénario en peau de balles et à une réalisation en court-bouillon.

Le pouce de l'ingénieur, une enquête de Sherlock Holmes relatée par le docteur Watson (extrait) :


Une vaine tentative de toile euristique

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…