Accéder au contenu principal

8th Wonderland

... 8th Wonderland est un pays virtuel, entendez une communauté mondiale qui se retrouve sur l'Internet.



On assiste dans un premier temps à une action de type "directe" envers Pablo Gueriero le candidat au poste de Président d'un pays d'Amérique Latine, s'ensuit un flasback qui débute par une action de type "potache" envers le Vatican, et dont le déroulement nous amènera tout naturellement à l'élection de Gueriero, qui ne sera qu'une étape à la fois dans la détermination de 8th Wonderland et dans sa reconnaissance à l'échelle mondiale.

Entrecoupé d'émissions politiques, de jeux, de reportages télévisées, 8th Wonderland  est une mosaïque à l'image de sa population du pays éponyme. Si en définitive le film ressemble au  manuel La contre-mondialisation pour les nuls, il est extrêmement divertissant.




Toutefois il me semble que le divertissement du spectateur n'est pas le seul but recherché par ses réalisateurs Nicolas Alberny et Jean Mach mais aussi une réflexion sur le pouvoir d'Internet et sur la démocratie

CP : Le film aborde de nombreux problèmes, notamment la mondialisation en premier lieu, mais aussi celui de la résistance et de la démocratie directe.

Jean Mach : Oui. C’est aussi un des avantages d’internet. Il est possible de faire un sondage et d’avoir directement les résultats. Faire un referendum dans un pays réel, cela demande une organisation considérable, du temps et des moyens. Sur internet, en se connectant, on peut très vite faire voter une motion et voir ainsi si on l’applique ou non.



Et justement en regardant ce film il m'est apparu que si 8th Wonderland comptait plusieurs millions "d'habitants" seul un petit noyau apparait dans le film, et au sein de ce noyau un petit cercle est à l'avant-poste en ce qui concerne la proposition de motions et de leur application. Dispositif cinématographique me répondrez-vous, certes il n'est guère possible de faire apparaitre plusieurs millions de personnages dans un film et encore moins leur donner voix au chapitre .... comme en démocratie : il y a toujours des dominants qui émergent.


D'autre part on remarquera que le vote est binaire oui/non, les abstentions n'apparaissent pas valoir un kopeck. Alors qu'une abstention notable pourrait devrait remettre en cause la validité de la motion envisagée.
Autre particularité 8th Wonderland s'immisce dans la politiques mondiale en utilisant des méthodes radicales, très radicales. Pour le bien commun cela va de soit.
Ainsi donc 8th Wonderland utilise des méthodes que je qualifierais de "terroristes" pour ce que la majorité de ses "habitants" jugent juste, ou du moins la quinzaine qui apparait dans le film. Rien qui ne soit différent de ce qu'a fait la C.I.A en Amérique Latine par exemple. C'est aussi en Amérique du Sud que 8th Wonderland intervient au niveau électorale (si je puis dire). Pour le bien du pays en question, bien sûr.



... Or donc pour conclure 8th Wonderland est un film qui laisse place à la réflexion sans oublier d'être divertissant et amusant. Mélange de petit film fauché (en apparence du moins) pour certaines scènes, il s'autorise néanmoins  la présence de têtes de gondoles de la télévision, privée ou publique bel œcuménisme, tout en soignant l'aspect hi-tech de 8th Wonderland
Si son approche de la politique me semble d'une naïveté à tout épreuve , il n'en demeure pas moins que cela reste un thriller politique sympathique et qui surtout s'inscrit tout à fait dans son époque. Celle de l'illusion de la politique participative, citoyenne et dématérialisée.    

L'extrait de l'entretien de Jean Mach vient d'ici.

Commentaires

  1. Internet a déjà modifié bien des comportements.
    En bien, en mal ?
    Et avant ? c'était bien ou mal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en mal alors, sinon ils n'auraient pas réalisés ce film

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…