Accéder au contenu principal

8th Wonderland

... 8th Wonderland est un pays virtuel, entendez une communauté mondiale qui se retrouve sur l'Internet.



On assiste dans un premier temps à une action de type "directe" envers Pablo Gueriero le candidat au poste de Président d'un pays d'Amérique Latine, s'ensuit un flasback qui débute par une action de type "potache" envers le Vatican, et dont le déroulement nous amènera tout naturellement à l'élection de Gueriero, qui ne sera qu'une étape à la fois dans la détermination de 8th Wonderland et dans sa reconnaissance à l'échelle mondiale.

Entrecoupé d'émissions politiques, de jeux, de reportages télévisées, 8th Wonderland  est une mosaïque à l'image de sa population du pays éponyme. Si en définitive le film ressemble au  manuel La contre-mondialisation pour les nuls, il est extrêmement divertissant.




Toutefois il me semble que le divertissement du spectateur n'est pas le seul but recherché par ses réalisateurs Nicolas Alberny et Jean Mach mais aussi une réflexion sur le pouvoir d'Internet et sur la démocratie

CP : Le film aborde de nombreux problèmes, notamment la mondialisation en premier lieu, mais aussi celui de la résistance et de la démocratie directe.

Jean Mach : Oui. C’est aussi un des avantages d’internet. Il est possible de faire un sondage et d’avoir directement les résultats. Faire un referendum dans un pays réel, cela demande une organisation considérable, du temps et des moyens. Sur internet, en se connectant, on peut très vite faire voter une motion et voir ainsi si on l’applique ou non.



Et justement en regardant ce film il m'est apparu que si 8th Wonderland comptait plusieurs millions "d'habitants" seul un petit noyau apparait dans le film, et au sein de ce noyau un petit cercle est à l'avant-poste en ce qui concerne la proposition de motions et de leur application. Dispositif cinématographique me répondrez-vous, certes il n'est guère possible de faire apparaitre plusieurs millions de personnages dans un film et encore moins leur donner voix au chapitre .... comme en démocratie : il y a toujours des dominants qui émergent.


D'autre part on remarquera que le vote est binaire oui/non, les abstentions n'apparaissent pas valoir un kopeck. Alors qu'une abstention notable pourrait devrait remettre en cause la validité de la motion envisagée.
Autre particularité 8th Wonderland s'immisce dans la politiques mondiale en utilisant des méthodes radicales, très radicales. Pour le bien commun cela va de soit.
Ainsi donc 8th Wonderland utilise des méthodes que je qualifierais de "terroristes" pour ce que la majorité de ses "habitants" jugent juste, ou du moins la quinzaine qui apparait dans le film. Rien qui ne soit différent de ce qu'a fait la C.I.A en Amérique Latine par exemple. C'est aussi en Amérique du Sud que 8th Wonderland intervient au niveau électorale (si je puis dire). Pour le bien du pays en question, bien sûr.



... Or donc pour conclure 8th Wonderland est un film qui laisse place à la réflexion sans oublier d'être divertissant et amusant. Mélange de petit film fauché (en apparence du moins) pour certaines scènes, il s'autorise néanmoins  la présence de têtes de gondoles de la télévision, privée ou publique bel œcuménisme, tout en soignant l'aspect hi-tech de 8th Wonderland
Si son approche de la politique me semble d'une naïveté à tout épreuve , il n'en demeure pas moins que cela reste un thriller politique sympathique et qui surtout s'inscrit tout à fait dans son époque. Celle de l'illusion de la politique participative, citoyenne et dématérialisée.    

L'extrait de l'entretien de Jean Mach vient d'ici.

Commentaires

  1. Internet a déjà modifié bien des comportements.
    En bien, en mal ?
    Et avant ? c'était bien ou mal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en mal alors, sinon ils n'auraient pas réalisés ce film

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …