Accéder au contenu principal

8th Wonderland

... 8th Wonderland est un pays virtuel, entendez une communauté mondiale qui se retrouve sur l'Internet.



On assiste dans un premier temps à une action de type "directe" envers Pablo Gueriero le candidat au poste de Président d'un pays d'Amérique Latine, s'ensuit un flasback qui débute par une action de type "potache" envers le Vatican, et dont le déroulement nous amènera tout naturellement à l'élection de Gueriero, qui ne sera qu'une étape à la fois dans la détermination de 8th Wonderland et dans sa reconnaissance à l'échelle mondiale.

Entrecoupé d'émissions politiques, de jeux, de reportages télévisées, 8th Wonderland  est une mosaïque à l'image de sa population du pays éponyme. Si en définitive le film ressemble au  manuel La contre-mondialisation pour les nuls, il est extrêmement divertissant.




Toutefois il me semble que le divertissement du spectateur n'est pas le seul but recherché par ses réalisateurs Nicolas Alberny et Jean Mach mais aussi une réflexion sur le pouvoir d'Internet et sur la démocratie

CP : Le film aborde de nombreux problèmes, notamment la mondialisation en premier lieu, mais aussi celui de la résistance et de la démocratie directe.

Jean Mach : Oui. C’est aussi un des avantages d’internet. Il est possible de faire un sondage et d’avoir directement les résultats. Faire un referendum dans un pays réel, cela demande une organisation considérable, du temps et des moyens. Sur internet, en se connectant, on peut très vite faire voter une motion et voir ainsi si on l’applique ou non.



Et justement en regardant ce film il m'est apparu que si 8th Wonderland comptait plusieurs millions "d'habitants" seul un petit noyau apparait dans le film, et au sein de ce noyau un petit cercle est à l'avant-poste en ce qui concerne la proposition de motions et de leur application. Dispositif cinématographique me répondrez-vous, certes il n'est guère possible de faire apparaitre plusieurs millions de personnages dans un film et encore moins leur donner voix au chapitre .... comme en démocratie : il y a toujours des dominants qui émergent.


D'autre part on remarquera que le vote est binaire oui/non, les abstentions n'apparaissent pas valoir un kopeck. Alors qu'une abstention notable pourrait devrait remettre en cause la validité de la motion envisagée.
Autre particularité 8th Wonderland s'immisce dans la politiques mondiale en utilisant des méthodes radicales, très radicales. Pour le bien commun cela va de soit.
Ainsi donc 8th Wonderland utilise des méthodes que je qualifierais de "terroristes" pour ce que la majorité de ses "habitants" jugent juste, ou du moins la quinzaine qui apparait dans le film. Rien qui ne soit différent de ce qu'a fait la C.I.A en Amérique Latine par exemple. C'est aussi en Amérique du Sud que 8th Wonderland intervient au niveau électorale (si je puis dire). Pour le bien du pays en question, bien sûr.



... Or donc pour conclure 8th Wonderland est un film qui laisse place à la réflexion sans oublier d'être divertissant et amusant. Mélange de petit film fauché (en apparence du moins) pour certaines scènes, il s'autorise néanmoins  la présence de têtes de gondoles de la télévision, privée ou publique bel œcuménisme, tout en soignant l'aspect hi-tech de 8th Wonderland
Si son approche de la politique me semble d'une naïveté à tout épreuve , il n'en demeure pas moins que cela reste un thriller politique sympathique et qui surtout s'inscrit tout à fait dans son époque. Celle de l'illusion de la politique participative, citoyenne et dématérialisée.    

L'extrait de l'entretien de Jean Mach vient d'ici.

Commentaires

  1. Internet a déjà modifié bien des comportements.
    En bien, en mal ?
    Et avant ? c'était bien ou mal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en mal alors, sinon ils n'auraient pas réalisés ce film

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®