Accéder au contenu principal

Futur Parfait

... Brillante entrée en la matière que ce Futur Parfait, la matière étant ici la prose d'Alfred Elton  Van Vogt, anthologie réunie et présentée par Patrice Duvic.
Et quelle présentation, pas moi de 35 pages au cours desquelles Patrice Duvic propose une biographie de l'auteur Canadien, analyse plusieurs romans, et où en filigrane transparait l'épistémè d'une époque. 
On y parle de Dianétique, de science-fiction sentences, de sémantique générale ou encore de son étrange système que j'appellerai "la nuit porte conseil" et qui consiste à se réveiller plusieurs fois au cours de la nuit afin de trouver une solution inhabituelle à ses problèmes d'intrigues. Très intéressant !

La derniére partie intitulée La complication dans le récit de science-fiction, par A.E.Van Vogt lui-même expose les principes (la technique) qu'il utilise pour écrire ses histoires.  
Entre les deux, vous l'avez déjà deviné il y a des nouvelles dont ma favorite : le Fantôme écrite en 1942 ...

... Écrite pour la revue sœur d'Astouding, Unknow, où elle fut publiée en 1942, cette nouvelle constitue l'une des rares incursions de Van Vogt dans le domaine du fantastique.
... Prenant pour point de départ l'un des thèmes les plus classiques du genre, ce qui aurait pu n'être qu'un texte "alimentaire" ou un simple exercice de style se transforme progressivement en un récit (de science-fiction ?) des plus personnels. Changement de perspective, références aux théories de J.W. Dunne, attitude et démarche intellectuelle du personnage principal : le Fantôme est une œuvre typiquement van vogtienne.
Un panorama qui ne peut que donner envie de poursuivre la découverte de cet auteur.

Commentaires

  1. La vache, ça a l'air terrible, ce truc. J'espère qu'on le trouve encore, ce bouquin. Merci du tuyau !

    RépondreSupprimer
  2. Bon, ben j'ai l'impression que c'est raté. Il a l'air bien compliqué à trouver, cet ouvrage. Tu sais si "La complication dans le récit de science-fiction" est dispo dans une autre anthologie ? Ou si la préface de Patrice Duvic a été rééditée ailleurs ? Même en anglais, hein...

    RépondreSupprimer
  3. Je dois l'avoir dans un carton. Faut que je relise ça. (Mais pour moi, son chef d'œuvre, c'est A la poursuite des Slans.)

    RépondreSupprimer
  4. Van Vogt, un de mes auteurs favoris avec Philip Jose Farmer, Philip K. Dick, Isaac Asimov, Rosny Aîné, oui, l'auteur de la Guerre du Feu, qui était aussi un auteur de science-fiction fantastique, Jules Verne, évidemment, Sir Arthur Conan Doyle et tant d'autres... Ce qui est amusant, c'est que nombre d'auteurs de science-fiction sont des mordus aussi de préhistoire, tel Marc Klapczynski, l'auteur du livre "Ao l'homme ancien" dont Jacques Malaterre s'est inspiré pour son film "Ao le dernier Neandertal"... Bref, je viens de m'abonner à ce blog, et je sens que je ne vais pas le lâcher de sitôt, mordue autant de préhistoire que de SF que je suis, ainsi que vague scribouillarde...
    A bientôt !
    Tinky ;-D

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®