Accéder au contenu principal

La Sémantique générale (Āperçu)

... Le billet que vous allez lire procède du cut-up, qui rappelons-le est " une composition poétique de caractère aléatoire". Mais ici, le hasard laisse sa place à la synchronicité .....

[..]

(E)n 1944, les Van Vogt décident de s'installer aux Etats-Unis [..] leur choix se porte [..] sur la Californie. Découverte de la sémantique générale avec la lecture de l'ouvrage de Korzybski Science and sanity, dont les idées l'enthousiasment. Il y trouve en effet une systématisation de conception qui sont déjà présentes dans son œuvre. [..]
"la sémantique, explique Van Vogt, traite de la signification des significations, ou de la signification des mots. La sémantique  générale traite des rapports du système nerveux humain et du monde extérieur, et par la suite elle englobe la sémantique. Elle constitue une méthode d'intégration pour toute pensée et tout expérience humaine." Logique rationaliste, la philosophie non A est aussi pour l'individu une forme d'autothérapie et une voie d'accès vers la libération morale. Le moyen d'une meilleur prise de conscience de la réalité. Nul doute que c'est cet aspect qui séduit Van Vogt qui en fait la base de son roman le plus fameux : The world of null-A  (Le Monde des Ā).   
[...]
La Sémantique générale [..] désigne les système non aristotéliciens et non newtoniens, ainsi que l'a désigné feu Alfred Korzybski dans son livre Science and sanity. Ne vous laissez pas effrayer par ces mots : non-aristotélicien désigne simplement un esprit qui ne se conforme plus au mode de pensée, figé depuis bientôt 2000 ans, des disciples d'Aristote. Non-newtonien s'applique au nouvel univers einsteinien tel qu'il est aujourd'hui défini par la science. L'abréviation de non-aristotélicien est Ā ou non-A [..]  


[...]
... La Sémantique générale traite du sens des significations. De ce fait elle transcende et surpasse la linguistique. Son idée essentielle est qu'une signification ne peut être comprise que si l'on tient compte du système nerveux et du système de perception humains qui en ont été les vecteurs et les filtres. Ainsi, en raison des limitations de son système nerveux, l'homme ne peut appréhender qu'une partie de la vérité et jamais sa totalité. En décrivant cette limitation, Korzybski emploie le terme "niveau d'abstraction", expression qui chez lui ne comporte aucune nuance symbolique mais signifie seulement "abstraire de", c'est-à-dire prendre une partie du tout. Il prétend en effet qu'en observant un processus naturel, l'homme peut seulement en abstraire - c'est-à-dire en percevoir - une partie.
... Si je m'étais contenté d'exposer les idées de la Sémantique générale, nul n'aurait trouvé à y redire mais en vérité, en tant qu'auteur, j'ai voulu aller plus loin dans l'étude d'une situation paradoxale. Depuis la théorie de la relativité d'Einstein nous savons que, lors d'une expérience, il faut tenir compte de l'observateur, c'est une chose qui est parfaitement admise, par exemple en histoire, où l'on considèrent que les préjugés raciaux, ou religieux, des écrivains ont pu les influencer. En revanche, la plupart des gens estiment, dès l'instant où il s'agit d'une science dite exacte telle la chimie ou la physique, que la personnalité des observateurs importe peu puisque des opérateurs de nationalité ou de confession différentes arrivent tous aux mêmes résultats. Ceci est faux. Tout expérimentateur scientifique est limité par son aptitude à abstraire des informations de la nature par le système d'éducation qu'il a reçu chez ses parents puis à l'université. Ainsi que l'indique la Sémantique générale, chaque chercheur introduit son équation personnelle dans ses recherches, [..].En d'autres termes l'observateur est toujours une personne bien déterminée.

[..]
... Ainsi donc, Le monde des Ā présente l'homme non aristotélicien dont les pensées sont nuancées (jamais de blanc ou de noir pur) et qui, cependant, ne verse jamais dans le cynisme ou la rébellion.
Extrait de la postface de Le monde des Ā par A.E. Van Vogt et de Futur parfait de Patrice Duvic.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®