Accéder au contenu principal

Nu descendant un escalier



... L'émission Palettes d'Alain Jaubert est vraiment une émission formidable. Par exemple je viens de revoir celle consacrée au tableau de Marcel Duchamp : Nu descendant un escalier

Si celui-ci fait l'objet d'une étude picturale fort ludique (l'aspect ludique est l'un des points fort de l'émission), Alain Jaubert n'oublie pas d'inscrire la toile dans son époque (l'épistémé), et de faire feu de tout bois  quant à son analyse ; ou autrement dit de proposer une véritable leçon de nexialisme ...

NEXIALISME

Le nexialisme est une approche globale, adoptant plusieurs points de vue, et utilisant toutes les branches de la connaissance afin d'obtenir des solutions originales.

Ce terme a été inventé par A. E. Van Vogt.

Cette approche n'a rien d'étonnant si l'on s'intéresse au parcours d'Alain Jaubert tour à tour marin, journaliste scientifique, chroniqueur musical, enseignant ou encore réalisateur de documentaires.

Fusil photographique
Ainsi ce n'est pas seulement la place du nu dans la peinture, ou la représentation du mouvement (où sont cité en images des illustrateurs de bande dessinée) dans la peinture, c'est aussi  Étienne-Jules Marey ou encore Edward Muybridge qui sont évoqués (et leurs travaux sur la décomposition abstraite du mouvement). Ou encore Gaston de Pawlowski et son Voyage au pays de la quatrième dimension.

[..] Ces débuts dans la découverte de la quatrième dimension furent, pour moi, particulièrement pénibles. Ils se trouvaient, en effet, en contradiction directe avec les notions géométriques, pleines de logique et de bon sens, qui m'étaient familières. [..] Dans notre intelligence, il n'y a point, à proprement parler, de musique, de peinture ou de littérature. [..] Il semble difficile, en conséquence, d'avoir une sensation d'art complète si nous négligeons d'examiner le sujet que nous étudions sous toutes ses faces, [...].
... or, parmi les constructions architecturales qui symbolisent le meiux nos idées, rien n'est plus séduisant, plus compliqué cependant, sous son apparente simplicité, que l'établissement d'un escalier. [...]

Voyage au pays de la quatrième dimension
Gaston de Pawlowski Éd. Denoël


Tout cela est dispensé avec humour (qualité qui ne semble pas faire défaut à Marcel Duchamp non plus) et de façon tout à fait intelligible dans un format et sous une forme qui de fait n'autorisent pas l'ennui, elle est pas belle la vie !?

Fantomas ?

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®