Accéder au contenu principal

Les soldats de l'impossible




... Les soldats de l'impossible est un film de guerre réalisé à hauteur de troufion, c'est le parcours chaotique de David Manning seul rescapé de sa compagnie qui n'a qu'une seule idée en tête "sauver sa peau" ; formule qu'il utilisera à la façon d'Émile Coué. Et pour ce faire il a un plan.

Mais Manning va apprendre à ses dépends que la carte n'est pas le territoire.

Ceci n'est pas une pipe

Film spectaculaire certes, mais surtout film sur les rapports humains sous le feu des combats.


Manning qui va passer en l'espace de quelques jours du statut de 2ième Classe à celui d'officier n'a rien d'un personnage sympathique, "sauver sa peau" est sa seule idée quel qu'en soit le prix. Et son ascension ne doit rien à l'altruisme de ses supérieurs mais plutôt à une vision utilitariste de l'homme.

Une atmosphère pesante, délétère exacerbée par une réalisation impeccable qui fait bien ressortir la dureté de la vie de ces hommes usés, fatigués  et/ou inexpérimentés à qui on demande de monter au front à n'importe quel prix.

La bleusaille

Si le film se déroule durant la Seconde Guerre mondiale il se focalise toutefois sur un microcosme qui en est cependant le reflet exact. Une fractale (vicieuse) en quelque sorte, où les relations sont établies sur une échelle hiérarchique de dominance. L'individu ne peut survivre qu'en défendant la cohésion due son groupe par soumission à une échelle hiérarchique de dominance, ce qui permet l'établissement de la dominance du groupe sur d'autres groupes (Cf. H. Laborit). Une fractale donc que l'on retrouve au sein de l'escouade, de la compagnie, du bataillon et finalement de la Guerre elle-même. 

Manning lui, va pousser cette logique jusqu'au bout du bout.


Si le titre laisse entendre d'une certaine manière qu'il va être question d'héroïsme ce n'est pas vraiment le cas (le titre original When trumpets fade / Quand les clairons se taisent me semble plus évocateur de l'esprit du film), sauf peut-être dans le dernier quart d'heure du film et encore. C'est avant tout une action héroïque dictée par l'idée (encore) de "sauver sa peau", ce qui n'enlève rien à l'acte lui-même.


Hormis les deux panneaux ci-dessus qui apparaissent à la toute fin du film et qui relativisent les faits d'arme de ces quelques 24 000 soldats en regard de l'Histoire, et à fortiori du commando réduit emmené par le lieutenant Manning, ... mais certainement pas aux yeux de ceux qui les aimaient.

Il est d'ailleurs symptomatique que l'action d'éclat, c'est le cas de le dire, ne trouvera aucun écho dans le film, celui-ci se terminant sur une séquence semblable à celle qui ouvre l'histoire. Tout un programme. 


Un film d'enfer dans la lignée de la série télévisée Frères d'armes.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …