Accéder au contenu principal

AO

... Un road movie se déroulant sur le continent européen d'il y a 30 mille ans, voilà ce que nous propose AO Le dernier Néanderthal de Jacques Malaterre. Véritable tour de force puisqu'il n'y avait pas encore de routes à cette époque.





Au travers d'Ao c'est l'histoire de sa tribu et par extension des néanderthaliens que nous donne à voir Jacques Malaterre, mais c'est aussi, certainement, un point de vue sur une façon d'envisager notre propre avenir aujourd'hui.

Simon Paul Sutton
Cependant AO Le dernier Néanderthal n'est pas un pensum mais un beau film, dans tous les sens du terme, d'aventure. À la fois plein de péripéties, d'action, de romantisme, de tendresse ; on s'attache rapidement à AO et à son voyage ; son parcours devient le notre.

Heureusement servit par une distribution épatante ..

Vasela Kazakova
.. d'autant que les interprètes utilisent des langages certes inventés mais surtout incompréhensibles. Je précise toutefois que le film est soutenu par le complément d'un narrateur qui précise certaines situations.

Comme pour mes précédents travaux, j’ai travaillé sur le langage avec Pierre Pelot, romancier. Ce dernier écrit depuis plusieurs années des romans se déroulants à la préhistoire. À cette époque, désireux de faire parler ses personnages Neandertal ou Sapiens, il avait élaboré avec des scientifiques une sorte de mini lexique de mots « préhistoriques » à l’écriture et à la phonétique, imaginés certes, mais de façon sérieuse.

Pour terminer je laisse la parole à Jacque Malaterre ..




Les extraits sonores proviennent de l'émission La Tête au carré de Mathieu Vidard.

Sinon en ce qui concerne les hommes de Néanderthal, j'ai une théorie.

Commentaires

  1. Pour ma part, la référence du genre est et reste La Guerre du Feu. N'ayant pas vu AO, comment le situerais-tu par rapport au film de JJ Annaud Artie ?

    RépondreSupprimer
  2. Côte à côte dans le rayon "excellent".

    RépondreSupprimer
  3. Haha ! La théorie vampiresque ! Excellent et fort drôle... Mais ce que nous propose la science est rigolo aussi ! Entre un et quatre pour cents de nos gènes viennent de Néanderthal, du moins pour les Eurasiatiques et les Américains d'origine européenne !!! C'est un peu plus positif, quand même, même si votre professeur, dans votre récit semble doté de très vieux gènes qui se sont comme qui dirait tout d'un coup réveillés !!!
    Très marrant, même s'il y a quelques fautes d'étourderie dans le récit... Très marrant en tout cas... A part ça, je suis une passionnée de ce vieil ancêtre et mon blog lui est en grande partie consacré, tout comme quelques récits loufoques qui s'y retrouvent, entre des extraits de conférence, des copies et citations d'articles scientifiques plus sérieux, entre autres...
    Amicalement,
    Tinky ;-D

    RépondreSupprimer
  4. Ah, j'ai oublié de préciser que, malgré deux ou trois petites invraisemblances qui ajoutaient finalement au romanesque du récit, j'ai adoré moi aussi ce film que j'ai eu l'heur de voir cet été en avant-première à La Chapelle aux Saints, en Corrèze, site préhistorique mondialement connu pour son squelette très complet d'homme de Néanderthal qui a servi, d'ailleurs, à définir le type morphologique des Néanderthaliens, et découvert en 1908...
    Amicalement à nouveau,
    Tinky.
    PS, et je cesse de spammer, c'était juste un oubli pour mon commentaire précédent !

    RépondreSupprimer
  5. Merci de ton passage Tinky, et merci pour tes commentaire.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…