Accéder au contenu principal

World's End & Rule Britannia

... World's End débute après les événements racontés dans les deux crossovers successifs intitulés Wildstorm : Revelations et Numbers of the Beast (que par ailleurs je n'ai pas lus).
Le Porteur, le vaisseau et quartier général d'Authority qui navigue dans la Plaie, cet espace entre les univers (parallèles)  s'est écrasé sur Londres, créant ainsi un nuage de poussières géant et une impulsion électromagnétique. Ces deux événements s'ils ont mis sur la touche au moins deux membres de l'équipe, ont aussi plongé la population de la capitale anglaise dans un monde post-apocalyptique qui n'a rien à envier à celui de Mad Max
Si l'idée de départ n'a rien de géniale, ni d'innovante elle a au moins le mérite d'être sérieusement envisagée.
Tout d'abord sous son aspect graphique ; Simon Coleby et Carrie Strachan livrent des planches au travers  desquelles l'atmosphère oppressante et l'ambiance qui règne au sein des survivants imprègnent le lecteur lui-même (du moins ça été mon cas).
Côté scénario Andy Lanning et Dan Abnett (surnommés DnA) réussissent encore une fois à tirer leur épingle du jeu : action, humour noir, sans oublier qu'ils vérifient l'adage qui veut que quand on n'a pas de pétrole on a des idées.
Warhol Fever
En outre, les scénaristes ont la bonne idée de semer quelques sous-intrigues  tout au long de leur run, des subplot qu'ils vont développer parallèlement à l'intrigue principale et qui vont agir "en tiroir" .... (si je peux utiliser une métaphore militaire).
Ce type de scénario est ce qu'on appelle un scénario modulaire et si c'est très courant, c'est surtout efficace.
Nous ne sommes pas ici dans une succession d'aventures ponctuelles et isolées les unes des autres, mais plutôt dans une vaste fresque ; où cependant le lecteur ne se prend pas les pieds dans le tapis.

... Le recueil suivant, Rule Britannia regroupe quant à lui les numéro 8 à 17 de la série et convoque quelques connaissances de l'Authority des origines, autrement dit celle de Warren Ellis et Bryan Hitch. 
Situation somme toute naturelle puisque les deux auteurs ont un humour  (et un sens de l'action) guère éloigné de celui qu'Ellis avait sur cette série à ses débuts.
Utilisation intelligente des facultés des uns et des autres, avec de belles extrapolations, DnA (le surnom d'Abnett & Lanning donc) laisse la bride sur le cou de leur imagination et fouette cocher .... 
Un seul regret toutefois, que les deux scénaristes laissent la place assez vite finalement (au 18ième numéro) pour à l'époque rallier les couleurs de la Maison des Idées, un regret tempéré néanmoins par le romantisme de la dernière page.

Si toutes les intrigues en cours n'ont pas été résolues à la fin de leur run cela ne laisse pas vraiment de sentiment de frustration (hormis celui de voir une belle paire de scénaristes se faire la belle).

Alors vous l'avez compris j'ai pour ce duo de scénaristes une certaine dilection, et vous ?

Commentaires

  1. Est-ce que ça a été traduit en français ?

    RépondreSupprimer
  2. Tout comme toi Artie, ce que j'ai lu d'eux m'a pour le moment toujours plu. J'espère pouvoir lire leurs épisodes de The Authority bientôt d'ailleurs !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…