jeudi 16 juin 2016

Le Club (Michel Pagel)

Dans le domaine de la fiction le statut fictif ou non d’un personnage est indexical.

C’est-à-dire que la valeur que cette situation recouvre (fictif ou pas), dépend des caractéristiques du contexte dans lequel ce statut est interprété. 
La nature d’un personnage, de fiction ou réel, dépend respectivement du moment, du lieu et du sujet de l'énonciation.

L’éditeur de bande dessinée étasunien DC Comics a très souvent utilisé cette propriété, car son univers a longtemps reposé sur l’idée de Terres parallèles où des versions différentes de ses personnages vivaient des aventures tout aussi différentes.
L’exemple le plus connu est certainement celui de Flash (alias Barry Allen) le bolide de ce qu’on appelle chez DC Comics « Terre 1 », qui connaissait le Flash de « Terre 2 », alias Jay Garrick, avant même de le rencontrer lors d’un épisode fameux (Pour en savoir +) sur une « Terre 2 », justement parce qu’il en lisait les aventures dans des comic books.
Ainsi sur « Terre 1 » Jay Garrick est-il un personnage de BD, alors que sur « Terre 2 », un univers parallèle en fait, il est un super-héros tout à fait réel. Toutes choses égales par ailleurs.
La bande dessinée dans ce cas est un "médium" dans tous les sens du terme.

L’idée de Michel Pagel pour ce livre est plutôt simple : «Tiens, et si les membres du Club des 5 se retrouvaient une fois adultes et vivaient une nouvelle aventure, ça serait rigolo, ça » (Pour en savoir +). 

Au final l’auteur « rechape » le whodunit (kilafé), terme inventé dans les années 1930 – probablement aux [b]U.S.A.[/b] -  pour désigner un type de films (et non pas un type de romans comme on pourrait le croire), sans en gommer les spécificités – le roman d’énigme « classique » popularisé par des auteurs comme Agatha Christie - en un jeu du chat (de Schrödinger) et de la souris ; et y plonge les membres du CLUB DES 5.

Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous, ...... hormis que les personnages de fiction (ceux du CLUB DES 5) sont devenus, dans LE CLUB, réels, selon la propriété indexical susmentionnée, avec tout ce que la réalité implique de changements par rapport au monde de la fiction.

La simplicité de mon bref résumé et la toute aussi simple idée de départ de l’auteur, ne suffisent pas à rendre compte de la richesse que contient ce roman. 
C’est bien simple, LE CLUB est à l’image du Tardis le vaisseau spatio-temporel du docteur Who maquillé en cabine d'appel de la police : plus grand à l’intérieur qu’il ne paraît l’être vu de l’extérieur (seulement 160 pages).

Faut-il avoir lu le CLUB DES 5 dans la Bibliothèque rose pour en être ?

Pas du tout, Michel Pagel apporte tout ce dont a besoin le lecteur pour en être (et bien plus encore).

LE CLUB est définitivement un livre pour ceux qui aiment aimer ce qu’il lise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire