Accéder au contenu principal

Le Club (Michel Pagel)

Dans le domaine de la fiction le statut fictif ou non d’un personnage est indexical.

C’est-à-dire que la valeur que cette situation recouvre (fictif ou pas), dépend des caractéristiques du contexte dans lequel ce statut est interprété. 
La nature d’un personnage, de fiction ou réel, dépend respectivement du moment, du lieu et du sujet de l'énonciation.

L’éditeur de bande dessinée étasunien DC Comics a très souvent utilisé cette propriété, car son univers a longtemps reposé sur l’idée de Terres parallèles où des versions différentes de ses personnages vivaient des aventures tout aussi différentes.
L’exemple le plus connu est certainement celui de Flash (alias Barry Allen) le bolide de ce qu’on appelle chez DC Comics « Terre 1 », qui connaissait le Flash de « Terre 2 », alias Jay Garrick, avant même de le rencontrer lors d’un épisode fameux (Pour en savoir +) sur une « Terre 2 », justement parce qu’il en lisait les aventures dans des comic books.
Ainsi sur « Terre 1 » Jay Garrick est-il un personnage de BD, alors que sur « Terre 2 », un univers parallèle en fait, il est un super-héros tout à fait réel. Toutes choses égales par ailleurs.
La bande dessinée dans ce cas est un "médium" dans tous les sens du terme.

L’idée de Michel Pagel pour ce livre est plutôt simple : «Tiens, et si les membres du Club des 5 se retrouvaient une fois adultes et vivaient une nouvelle aventure, ça serait rigolo, ça » (Pour en savoir +). 

Au final l’auteur « rechape » le whodunit (kilafé), terme inventé dans les années 1930 – probablement aux [b]U.S.A.[/b] -  pour désigner un type de films (et non pas un type de romans comme on pourrait le croire), sans en gommer les spécificités – le roman d’énigme « classique » popularisé par des auteurs comme Agatha Christie - en un jeu du chat (de Schrödinger) et de la souris ; et y plonge les membres du CLUB DES 5.

Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous, ...... hormis que les personnages de fiction (ceux du CLUB DES 5) sont devenus, dans LE CLUB, réels, selon la propriété indexical susmentionnée, avec tout ce que la réalité implique de changements par rapport au monde de la fiction.

La simplicité de mon bref résumé et la toute aussi simple idée de départ de l’auteur, ne suffisent pas à rendre compte de la richesse que contient ce roman. 
C’est bien simple, LE CLUB est à l’image du Tardis le vaisseau spatio-temporel du docteur Who maquillé en cabine d'appel de la police : plus grand à l’intérieur qu’il ne paraît l’être vu de l’extérieur (seulement 160 pages).

Faut-il avoir lu le CLUB DES 5 dans la Bibliothèque rose pour en être ?

Pas du tout, Michel Pagel apporte tout ce dont a besoin le lecteur pour en être (et bien plus encore).

LE CLUB est définitivement un livre pour ceux qui aiment aimer ce qu’il lise.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.