Accéder au contenu principal

PLUTO (Urasawa/Tezuka) n° 1 à 3

« L'Art, cependant, est quelque chose qui perçoit la vérité à travers les émotions. Par conséquent, il ne peut y avoir d’art qui soit fondé sur l'imagination. »

Ces propos publiés en 1885 (in Shôsetsu Shinzui/La Quintessence du roman) par monsieur Uchida Fuchian (Cf. Japan SF/Tony Sanchez) qui donnait une définition de ce que devait être le roman, n’ont heureusement pas été suivi à la lettre dans l’archipel.

... À l’instar du super-héros, invention propre aux U.S.A. et qui a enrichi le folklore étasunien dès la fin des années 1930, le robot ou le cyborg occupent une telle place dans la culture du Japon qu’on n’oublierait presque qu’ils ne sont pas des inventions japonaises.

Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.
Isaac Asimov (1er Loi de la robotique) 
Si les premiers exemples remontent aux années 1920 (dans la S-F littéraire) et aux années 1930 dans la bande dessinée japonaise, c’est après la Seconde guerre mondiale qu’un véritable tsunami de robots et d’androïdes inondera l’imaginaire nippon.
Ainsi contre toute attente, malgré Nagasaki et Hiroshima, la technologie américaine n’a pas été diabolisée mais d’une certaine manière "fétichisée".
Pour preuve, le premier héros populaire de la BD nippone (1952) n’est autre que Tetsuwan Atom autrement dit Astro le petit robot (au cœur atomique).
Que le cœur du petit robot soit justement une pile atomique n’est certainement pas un hasard.
Au début des années 1960, apparaît le premier robot géant (Tetsujin 28 gô) ; L’Homme d’acier n°28 et Astro ouvriront la porte à toute une ribambelle de robots autonomes, pilotés ou téléguidés, géants ou pas, à nulle autre pareille dans le monde.
Un déluge de ferblanterie dont le mangaka Naoki Urasawa extraira un épisode particulier, écrit et dessiné par monsieur Osamu Tezuka (Pour en savoir +), et qui deviendra PLUTO ; réalisée à l’occasion de l’anniversaire d’Astro.

... Bien qu’intéressé depuis longtemps par la culture japonaise, ma première rencontre avec l’imaginaire japonais date du début des années 1970 avec le Roi Léo en dessin animé, je ne suis pas un lecteur boulimique de manga.
Et en lisant PLUTO, je me suis fait la remarque que même sans bien connaître la bande dessinée japonaise, ou l’œuvre de monsieur Osamu Tezuka, l’immersion dans cette aventure a été immédiate et totale.
Commune à la culture occidentale et à celle du pays du soleil-levant, l’enquête policière, sous la forme dite du whodunit, c’est-à-dire en bon français : le kilafé, est cela dit un excellent viatique.

À cela s’ajoute la science de monsieur Naoki Urasawa. 

Un texte, et a fortiori une bande dessinée utilise un certain nombre de stratégies qui orientent la lecture.
S’identifier, ressentir de la sympathie ou de l’antipathie, être mis mal à l’aise est d'abord une affaire de texte.
Néanmoins, l’auteur ne doit pas oublier de créer des « espaces d’indétermination » afin de laisse une certaine liberté d’interprétation à ses lecteurs. 
La rencontre entre l'inspecteur Gesicht et l’épouse de Robbie (de Planète interdite ?) le policier robot est un modèle du genre. Ou les scènes entre North 2 et son maître.
La maîtrise, le tour de main du mangaka sont bluffants. 

Son storytelling est d’une efficacité rare : la rencontre (encore) entre Gesicht et Astro véhicule une telle émotion, sans recours aux récitatifs, que j’en suis resté comme deux ronds de flan.
Après trois tomes, PLUTO s'annonce comme une série très très prometteuse. 

(À suivre ....)

Commentaires

  1. Excellente série de bout en bout. Je suis friand du travail de Naoki Urasawa quand il évolue dans ces atmosphères de thriller enrichie par cette multitude de personnages que l'auteur dépeint avec justesse, aussi bien par le dialogue que par la précision de son dessin.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …