Accéder au contenu principal

The Bunker

The Bunker - Tome 1 : Capsule temporelle 
Scénariste : Joshua Hale Fialkov 
Dessinateur et Coloriste : Joe Infurnari 
Traduction : Isabelle Bauthian 
Lettrage : Fred Urek 
Glénat Comics
Prix : 14.95 € 
Alors qu’ils sont en train d’enterrer leur « capsule temporelle » au fond d’un bois, cinq adolescents découvrent un mystérieux bunker métallique enfoui sous la terre ... 

... THE BUNKER développe assez vite une aporie, liée d’ailleurs à l’un des thèmes qu’elle développe à savoir le voyage dans le temps. 
Et tout aussi rapidement j’ai pensé à un film qui met justement en scène ce paradoxe : L’ARMÉE DES DOUZE SINGES de Terry Gilliam (il y a pire "filiation" me direz-vous). 
Décidément tout va très vite dans cette histoire, car les réticences qui commençaient à m’étreindre ce sont évanouies rapidement pour laisser place à de la curiosité. 

Comment Joshua Hale Fialkov allait-il se débrouiller pour surmonter ce que je voyais comme un écueil, sous-entendu d’une façon disons originale (relativement aux autres manières de traiter cette idée de départ), mais aussi comment allaient s’en sortir les protagonistes principaux. Et où cela nous emmènerait-il ? Car l’une des forces de ce premier volume est pour moi, la rapidité (encore, décidément) avec laquelle le scénariste invente des personnages dont la personnalité impose l'envie de me soucier de leur avenir (ce qui est de circonstance). 

Cet intérêt va de pair avec le dessin et (surtout) la mise en couleur de Joe Infurnari, qui matérialise une bien magnifique ambiance. 
À part un petit flottement ressenti lors des premiers flashforwards (ou prolepses), ou du premier flashbacks, THE BUNKER, Capsule temporelle est une très très belle découverte, dont j'attends la suite de pied ferme.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.