Accéder au contenu principal

Le mystère Harrow County (Artemus Dada)

Une page d'explication extraite du #1 V.O
En discutant avec quelqu’un qui partageait mon intérêt pour la série HARROW COUNTY de Cullen Bunn & Tyler Crook, j’ai été surpris d’apprendre que dans les premiers numéros de la version originale, qu’il avait lus lors de leur parution mensuelle, il y avait une page de bande dessinée supplémentaire qui racontait la vie dans le comté d’Harrow, et quelques pages où le scénariste Cullen Bunn explique tel ou tel aspect de son histoire (voir aussi supra) ou ce qui l’a amené à écrire ce genre d’histoire :
Harrow County #1
Harrow County #1
Harrow County #4
En y réfléchissant je me suis dit que cette démarche était une sorte de prime aux lecteurs qui font vivre la série en l’achetant mensuellement, sans attendre la compilation des numéros en recueil (trade paperback ou tpb) et permettent ainsi sa publication.
Le fascicule mensuel est une institution aux U.S.A., et rares sont les titres qui paraissent directement en album (graphic novel), et la viabilité d’un titre passe presque obligatoirement sous les fourches caudines de cette mensualisation.
Ed Brubaker a fait la même chose pour sa série FADE OUT par exemple en proposant du rédactionnel rédigé par Jess Nevins (si mes souvenirs sont bons).

Si aux U.S.A. cette prime aux lecteurs peut non seulement se comprendre mais m’apparaît fort sympathique, en France le lecteur n’a souvent accès qu’aux séries sous la forme de compilations (recueils) et n'a donc pas le même choix.
Il serait bon que les éditeurs hexagonaux s’intéressent d’un peu plus près à ce qui se fait outre-Atlantique, et envisagent de négocier de pouvoir publier ces pages.

Cela dit, il y a loin de la coupe aux lèvres.
Une page extraite du tpb U.S.
En effet, je me suis intéressé au premier recueil qui compile les quatre premiers numéros parus en version originale ; et quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’il en manquait une partie.

Comme je l’ai expliqué dans mon commentaire sur la série publiée par Glénat Comics sur mon blog (Pour en savoir +), une partie de l’histoire trouve son origine dans un roman (inachevé) publié sur la Toile (que j’ai réussi à retrouver en faisant quelques recherches) et qui s'intitule : « Countless Haints »
Or donc Cullen Bunn propose dans le tpb en V.O son roman, absent de la V.F :


Il manque aussi une page où Tyler Crook parle de son travail sur la colorisation, exemples à l’appui (voir supra) ce qui est plutôt bizarre quand on sait l’importance de la couleur dans cette série, notamment pour la raison dont je parle dans mon commentaire sur la série.

Et là je me dis que si on voulait détourner les lecteurs francophones des éditions françaises, ou favoriser l’apprentissage de l’anglais, on ne s’y prendrait pas autrement.

De passage dans plusieurs librairies ce weekend, je me disais que le catalogue Glénat Comics proposait de fort belles choses, un éventail plutôt éclectique ; et j’ai d’ailleurs pris plusieurs de leurs recueils.

C’était bien sûr avant de me pencher (c’est le cas de le dire) sur le cas des traducteurs et lettreurs dont les noms n’apparaissent que dans l’ours, un ours fort minuscule comme je le faisais remarquer dans mon commentaire sur ROBBIE BURNS, Witch Hunter ; et bien sûr avant d’apprendre que l’on semble finalement peut soucieux de proposer des « versions intégrales » chez cet éditeur.

Tout cela me laisse pour l'instant assez perplexe. 

____
Le 06/07/2016 :

.... Suite à mon commentaire sur le "Mystère d'Harrow County", quelqu'un a posé la question à Glénat Comics, et Olivier Jalabert a répondu, et je l'en remercie : 
Hello, alors la VF ne reprend pas le script car ça augmentait beaucoup la pagination pour un texte assez long et je trouve que ça nuit à la fluidité du livre. On utilisera ce contenu plus tard pour une autre édition. Pour les shorts stories, nous les utiliserons aussi ultérieurement soit d'abord en dématérialisé, soit en syndication, c'est à l'étude voilà ;)

Commentaires

  1. Si je comprends bien, l'édition VF ne propose rien de plus que l'édition VO, qui elle-même propose moins de choses que les fascicules ?
    Dans ce cas, je crois tout simplement que l'explication, c'est que l'éditeur français part du sommaire des TPB, sans doute par confort (plus accessible, envoyé par les éditeurs US, facilement trouvable en boutique). Ce qui est un peu dommage.
    Mais peut-être que je comprends de travers, aussi.


    Jim

    RépondreSupprimer
  2. L'édition VF ne comprend ni les bonus des singles, ni les suppléments du TPB VO.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait si, une partie des suppléments du tpb V.o.

      Supprimer
    2. Merci pour les infos.

      C'est bizarre, quand même. Pourquoi ne pas tout mettre ? Pourquoi choisir l'option du moins au lieu de celle du plus ? Ce n'est sans doute pas une question de cahiers d'imprimerie : si ça rentre en anglais, ça rentre en français.
      Étrange.

      Bon, j'irai lire ça en VO, alors.

      Encore merci



      Jim

      Supprimer
    3. C'est aussi les questions que je me pose.
      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.