Accéder au contenu principal

Star Wars (vu par Yves Frémion)

... Je vous ai déjà proposé l'avis du Journal Spirou, puis celui de Jacques Sadoul à propos de Star Wars, lors de la sortie du premier épisode de la saga en 1977 donc bien avant que cette série de films devienne ce que l'on en sait aujourd'hui, voici celui d'Yves Frémion (paru dans la même revue que celui de Sadoul, Univers n°11) un des piliers de la science-fiction hexagonale.
Star Wars n°1 éditions Atlas
À propos
de « star wars »
(la guerre des étoiles)

... Je sais d’avance ce que Sadoul et les amoureux de ce film vont en dire : beau, bien fait, entraînant, agréable, on s’amuse une heure et demie, on serait bien bête de faire la fine bouche, étant donné la nullité du cinéma de S-F. OK, c’est tout ça, c’est distrayant. Presqu’autant qu’un James Bond. Mais aussi con. On se croirait revenu 50 ans en arrière, comme si Hugo Gernsback avait écrit le script consternant de ce Fleuve Noir de mauvaise qualité. Qu’est-ce que c’est que ce film ? Un petit western avec deux bagarreurs qui délivrent une princesse ringarde, aidés par un gorille digne de Victor McLaglen et un mystique tout droit sorti des plus mauvais numéros de Planète. Le reste, c’est le l’électronique comme seuls les Américains ou les Russes ou les Chinois, enfin des pays mégalos peuvent croire que ça fascine les masses. Et puis du gadget : mutants rigolos, robots humanisés (je préfère Robbie), design des années 60 (cf article de Bonnefoy).
Ce qui m’afflige – bien que séduit sur le moment par certains passages pas mal foutus – c’est qu’une telle série Z soit l’œuvre de George Lucas, auteur il y a sept ans d’un des plus beaux films de S-F. jamais tournés, THX 11-38, un des plus aboutis, pas encore à la hauteur des nouvelles et romans de S-F, mais en bonne voie. Star wars nous fait enregistrer un recul dans le temps tel que des films comme Les soucoupes volantes attaquent ou Godzilla peuvent auprès de lui faire figure de speculative-fiction audacieuse. Pauvre Lucas. On se croirait dans un article d’Eizykman où il aurait fait le catalogue de tout ce qui est reduplication : western-fiction, polar-fiction, Delly-fiction et autres avatars, sauf ce qui est annoncé, la S-F. On a plus de chance d’en trouver dans Autant en emporte le vent Encore pire que 2001 dans le mysticisme, pire que Silent running dans l’apologie de la technologie, pire que les Bérets verts dans l’idéologie, la misogynie et le racisme, avec tout ça, le cinéma américain est mal barré. La S-F sur pellicule aussi.


Yves  Frémion, décembre 1977

Commentaires

  1. Et la critique, pire que du Pauwells. ^^

    RépondreSupprimer
  2. On est bien d'accords : il faut déstaliniser le Frémionistan.
    N'empêche que cet article était justifié et prémonitoire.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

La vie ô combien ordinaire d'Hannah Green [Michael Marshall Smith / Laurence Boischot]

M ichael M arshall S mith est apparu sur le radar des lecteurs francophones d'Imaginaire à la fin du siècle dernier avec une signature résolument Sf [ Pour en savoir + ]. Puis, au tout début du XXI ème siècle, après trois ans de silence, il renvoie un écho dont les caractéristiques font de ses romans des thrillers hybridés avec de vrais morceaux d'épouvante. Quand ce n'est pas du Fantastique pur jus [ Pour en savoir + ].  Qu'il signe alors sous le pseudonyme de M ichael M arshall.  Un éclectisme qui ne surprendra pas les lecteurs qui ont lu ses nouvelles, notamment collectées dans un gros recueil commercialisé en 2008.  Non, la surprise arrivera en 2009, avec le très décevant Les domestiques . Mais la raison n'en était pas l'auteur lui-même, mais plutôt l'éditeur hexagonal qui avait omis de préciser qu'il s'agissait d'un roman Young Adult™. M ichael M arshall S mith, qui pour le coup signait M . S mith, ne diminuait pas que son patronyme sur la

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier