Accéder au contenu principal

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant.
Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute.
Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.








Commentaires

  1. N'empêche ! C'était l'époque où Manoeuvre buvait sec et en avait dans le calbuth, Raymond...
    30 ans après, j'ai l'impression de lire du Manoeuvre à chaque fois que j'ouvre un Warren Ellis de qualité moyenne (en gros, tout sauf Planetary)
    Merci pour l'article, je ne l'avais pas oublié, il s'était gravé en lettres de feu dans mon inconscient, en même temps que la chronique qu'il avait signée du Overkill de Motorhead dans rock & folk...

    RépondreSupprimer
  2. Pauvre Manoeuvre il doit etre rouge de honte e relisant ça......déja dépasser dans les années 80" par ce renouveau qui s'installe avec la musique électronique (Vangelis) et surtout ce cinéma plus pour ados boutonneux.....il injecte ses propres obsessions dans cette critique acerbe..... misogynie, drogue,vulgarité déplacé un vieux rockeur déja figé dans ses golden seventies d'ou il sortira plus......il porte toujours sa vieille perfecto aujourd'hui a l'inverse Blade Runner a trés bien vieilli et stimule encore le cinéma du XXIeme siècle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas le voilà rhabillé pour l'hiver, le Manœuvre.

      [-_ô]

      Supprimer
  3. J'ai ce numéro. J'aime bien le passage où il dit qu'il a tarté sa copine parce qu'elle n'appréciait pas Dick. Philou ou la promo percutante. L'article me fait marrer tant il transpire le parti pris et la mauvaise foi. Quant au roman de Dick, je l'ai lu quelques années après avoir vu le film... Il m'a fait l'effet d'un mauvais Van Vogt.

    RépondreSupprimer
  4. Accessoirement, Manœuvre trouve vulgaire l'exhibition de prostituées dans des cabines dans le film de Scott mais si tu mates la couv de son mag, qu'est-ce que tu vois ?

    RépondreSupprimer
  5. POur ma part, j'ai toujours trouvé cette revue, disons les éditos et les déclarations de Jeunet et Manoeuvre, assez prétentieuse.
    Si c'est toujours courageux d'aller à contresens de la doxia populaire, l'histoire leur a donné tort et le recul les a rendu piteux.
    Tant pis pour eux !

    RépondreSupprimer
  6. Un numéro mythique ! Ahaha Manoeuvre, son coté rock banane m'a fait toujours fait rigoler. Métal c'était aussi Margerin et Kebra qui allaient bien avec. mais ce que je préférai c'était le coté Dionnet. et là quelle claque !

    RépondreSupprimer
  7. Selon ses propres dires dans son livre Mes Moires, Dionnet serait à l'origine de cet article, il n'aurait pas accepté, non pas la trahison de l'oeuvre originelle, mais les nombreux emprunts fait par Ridley Scott à l'univers de Moebius. Selon Dionnet, Ridley Scott passait fréquemment à Métal Hurlant et était très friand de l'oeuvre du dessinateur. Ce qui est assez flagrant dans le film. Il aurait missionné Manoeuvre, dont la verve destructrice n'est plus à démontrer, pour tailler un beau costard au long métrage.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.             

Gannibal [Masaaki Ninomiya / Vincent Marcantognini]

« Fallait [...] que je m'impose, que j'accroche le lecteur avec un truc qui pique, qui fait mal, qui marque. »  Connu pour une série, Chousou no Babel , et une histoire courte, Domestic Happiness , (toutes les deux inédites en France ) dans lesquelles la famille était déjà au cœur de leurs intrigues respectives, M asaaki N inomiya récidive en 2018, dans l'hebdomadaire Manga Goraku de l’éditeur Nihon Bungeisha™, avec sa toute nouvelle série « Gannibal », où une famille donc : Yuki , son mari Daigo , et leur fille Mashiro , s'installe dans le petit village de Kuge .  Une série qui devrait, selon toutes probabilités, se terminer à son onzième tome que vient de commencer son auteur, alors que le septième paraîtra en France en octobre 2021, aux éditions Meian™.  « Ce "truc" , c'était l'Horreur. »              Si « Gannibal », dont le titre ne laisse que peu d'équivoque sur son contenu, s'inspire en partie des Davidiens ; une secte étasunienne qu

Willie le zinzin [Stephen King / Pierre-Paul Durastanti]

« Willie le zinzin », publiée en avant-première mondiale - excusez du peu - dans la 104 eme livraison de la revue BIFROST, est une courte nouvelle d'atmosphère très très réussie. Traduite par P ierre- P aul D urastanti (un gage de qualité), elle est en outre illustrée par le talentueux N icolas F ructus.             En quelques pages seulement, presque un tour de force pour le prolixe auteur, S tephen K ing s'ingénie à brouiller les pistes de son récit pour une chute qui, si elle ne sera pas originale pour qui côtoie la littérature de (mauvais) genre, n'en est pas moins saisissante. Brrrillant !             Les éditions Le Bélial'™ n'en sont cependant pas à leur coup d'essai concernant l'auteur américain. Si mes souvenirs sont bons, la maison d'édition sise sur les bords de la Seine, à Saint-Mammès , a déjà publié dans sa revue trimestrielle deux nouvelles alors inédites en français : La nuit du tigre, et Mauvaise herbe .  Rien moins que de très surpre