Accéder au contenu principal

Trigs/Aftermath (Hudnall/Vigouroux)


Un peu dans la même veine que Nu-Men de Fabrice Neaud, James D. Hudnall, avec la collaboration de Marc Vigouroux, nous emmène dans une histoire pour le moins dystopique où l'action se concentre sur des méta-humains.
En effet des extraterrestres ont envahi la planète Terre qui n'a dû son salut qu'à une poignée de jeunes adolescents génétiquement modifiés.
Plusieurs années après, l'un d'entre-eux prépare un livre sur leur histoire. Conséquences de ce projet (ou pas ?) plusieurs meurtres sont perpétrés au sein des Trigs, les jeunes gens génétiquement modifiés, et les scientifiques qui les ont créés.

J'avais découvert cette série au moment de sa sortie, en 2003, chez les Humanoïdes Associés, attiré par le scénariste James D. Hudnall qui avait déjà fait à l'époque quelques projets qui m'avaient bien plu (Espers avec David Lloyd au dessin, chez Epic Comics, notamment, en 1990) et travaillé sur une série Marvel atypique : Strikeforce Morituri.
Ainsi qu'une biographie de Lex Luthor chez DC Comics.
Seulement le travail de Marc Vigouroux (dessins & couleurs) ne m'avait pas emballé.
Bref, toujours est-il que la parution assez espacée en album (de type franco-belge), et la partie graphique donc, m'ont un peu fait perdre de vue cette série.
Mais dernièrement, je suis retombé dessus dans une version anglaise, sous le titre d'Aftermath (ce titre a été repris pour l'intégrale de la série, en français, chez les Humanoïdes toujours), et pour un prix très modique ; j'ai donc saisi l'occasion de m'y remettre.
Et là, la lecture des trois albums en suivant m'a révélé la qualité du travail de Marc Vigouroux, les dessins et les couleurs (ainsi que la colorimétrie dans son acception psychophysique) sont en totale synergie avec le propos du scénario.
En un mot l'art de Marc Vigouroux,  m'a tenu à distance des protagonistes de l'histoires, les Trigs, comme eux-mêmes le sont par rapport à leurs contemporains dans la société dans laquelle ils vivent.
Puis, petit à petit, la distance entre eux et moi s'est amenuisée, alors que je m’habituais au style de l'artiste. 
De plus, Marc Vigouroux renforce l'aspect paranoïaque du scénario. 
Finalement de ce côté-là c'est une totale réussite contrairement à ce que j'avais ressenti en 2003.
Un scénario donc qui démarre comme un whodunit  et qui explore tout au long de l'enquête les différents aspects de cet avenir plutôt sombre.
Il y est question d'invasion extraterrestre mais sous un angle plutôt original, de nanotechnologie, de clonage, de surveillance à la 1984, de méta-humains, de dystopie, bref  tout un registre bien connu des amateurs de S-F.
Trigs/Aftermath est un scénario de science-fiction solide, captivant et somme toute réussi. 
Il vaut mieux peut-être le lire d'une traite, ce qui est maintenant possible puisqu'une intégrale est sortie dans l'Hexagone, et que de toute manière on peut trouver de nos jours les 3 tomes (en V.F) à des prix compétitifs.
Rafa Fonteriz

J'ai appris, incidemment, que ce projet avait d'abord été développé avec le dessinateur Rafa Fonteriz dont on peut voir le travail sur le site d'Hudnall (jameshudnall.com), et c'est pas mal du tout.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®