Accéder au contenu principal

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile du romancier en matière d'épouvante. Tout est en effet plus ou moins joué dès le départ. 

« L’homme nommé Breer avait déboutonné sa veste. Il ne portait pas de chemise au-dessous. Des broches étaient enfoncées dans la graisse de sa poitrine et venaient se croiser pour transpercer ses seins. Il tendit une main et en retira deux ; le sang ne coula pas. Armé de ces deux aiguilles d’acier, il avança lentement jusqu’au pied de l’escalier. » 

Même si l'attachement que l'on peut ressentir envers certains des personnages entretient le suspense, aveuglés que nous sommes par un retournement de situation en leur faveur.
Mais est-ce seulement envisageable ?

                    « Le jeu de la damnation » est un page-turner affamé, nourrissant un intérêt qu'il ne conçoit que comme exclusif. L'horreur décrite y est viscérale, organique. Si elle nous horrifie c'est uniquement par l'attirance qu'elle nous communique. Une sorte de malsaine pierre de Rosette de notre curiosité.  

Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains mais qui rêve, soyez-en sûrs, d'y être.    

Commentaires

  1. Bouquin qui m'a marqué, notamment pour sa scène d'ouverture, quand le personnage patauge dans la neige fondue et traverse la ville, à la fin de la guerre. J'ai passé du temps à essayer de restituer mes sensations à la lecture de ce chapitre, et certaines pages de la Dernière Cigarette constituent ma tentative la plus aboutie en ce sens.
    après, oui, la trame du truc est assez classique, mais tu mets bien le doigt dessus : il génère des impressions et images assez étonnantes…

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®