Accéder au contenu principal

Une cosmologie de monstres [Shaun Hamill / Benoît Domis]

Outre des protagonistes auxquels on s'attache rapidement, outre une activité professionnelle originale qui occupe en partie les principaux personnages, outre une entée en matière saisissante : « Je me suis mis à collectionner les lettres de suicide de ma sœur Eunice à l’âge de sept ans. », outre une magnifique couverture d'Aurélien Police.
Ce qui m'a vraiment captivé, c'est la candeur, la quasi naïveté presque, de l’élément qui fait de « Une cosmologie de monstres » un roman Fantastique.
Et non pas seulement l'attachante autopsie d'une famille sur un peu plus de trois décennie, qu'elle est aussi. 
            Si une fois plongé dedans, la brièveté du roman joue de toute façon pour lui (un peu plus de 400 pages), je ne vous cache pas que l'apparition de l’élément Fantastique (dont je ne peux rien dire) m'a sérieusement fichu la frousse.
Comment en effet Shaun Hamill allait-il s'en sortir en s'acharnant à garder le truc le plus incroyable de son roman. La réification d'une métaphore pourtant difficile à soutenir.

Si la peur ne m'a jamais vraiment quitté, j'étais également soufflé d'accepter, sans broncher, les termes de ce pacte de lecture.
Bref, la presque totalité de ma lecture a été placée sous le signe de la peur et de la stupéfaction. 

Je vais d'ailleurs faire une entorse à mes principes, en révélant qu'a la fin, l'auteur s'en sort très bien.

Et si tout est bien qui finit bien pour lui, je dois également préciser que j'ai été enchanté de lire cette histoire. Je ne sais pas trop si Shaun Hamill a des projets de ce côté-ci de l'Atlantique, mais si c'est le cas, il risque de me trouver sur sa route.

Albin Michel Imaginaire© a fait le choix de mettre en quatrième de couverture l'avis de Stephen King. Un choix tout à fait approprié à mes yeux, tant « Une cosmologie de monstres » rappelle le meilleur du King naturaliste qu'il a aussi été. 

            Ce roman a par ailleurs bénéficié d'une large couverture de la blogosphère, je ne vous mettrai qu'une seule adresse, celle du Chien Critique©, qui donne bien évidemment son avis, mais en plus, recense, quasiment de façon exhaustive, une grande partie de cette couverture critique [Pour en savoir +]. 

Ah oui, il reste tout de même un dernier point : et si « Une cosmologie de monstres » était « Le meurtre de Roger Ackroyd » de Shaun Hamill ?  
_________
Merci au site NOOSFERE [Pour en savoir +], qui en plus d'être une source d'informations indispensables, m'a fourni les deux couvertures qui apparaissent dans cette critique. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er