Accéder au contenu principal

L'Ensorceleuse [Elizabeth Hand / Brigitte Mariot]

« Pour moi, le constat à faire, c’est que l’imaginaire a infecté durablement la littérature générale, qu’il est devenu la culture dominante ... » disait encore récemment Gilles Dumay, auteur réputé et directeur littéraire du département Albin Michel Imaginaire™.
Un constat que l'on peut prendre au pied de la lettre puisque L'Ensorceleuse (Mortal Love) a paru chez Denoël, en dehors de toute collection de genre. 
Traduit en 2007 par Brigitte Mariot, ce roman sera d'ailleurs réédité, deux ans plus tard, dans la collection Folio SF™.
       Si Elizabeth Hand est une autrice rare en France, elle l'est aussi par son talent. Et L'Ensorceleuse en est encore une belle preuve. Une sorte de roman en anamorphose, si je puis dire, qui révèle donc une perspective secrète ; mais dont la nature ne peut pas nous échapper.

Pour ne pas trop en dévoiler, je dirais que L'Ensorceleuse est l'histoire d'une Muse, dont le récit est gauchi par une quasi inversion de l’essence littéraire du gothique.
Un genre dont la terreur ressentie était alors surtout celle de femmes : ayant peur d'être emprisonnées, ou d'être rattrapées lorsqu'elle s'enfuyaient.
Une peur dont la sensation était souvent la tentative d'une retranscription en prose du Sublime selon Edmund Burke (dont j'ai déjà abondamment parlé sur ce blog).

L'Ensorceleuse est aussi, mais vous l'aurez sûrement compris avec les quelques éléments que j'ai donnés, une méditation sur l'art, un sujet omniprésent chez Elizabeth Hand. Du moins d'après ce que j'en ai lu. 

       Roman fantastique captivant et sensuel, L'Ensorceleuse utilise le genre « à bas bruit », presque contraint. Même s'il me paraît difficile de passer à côté. Un roman intimiste certes, mais dont l'imaginaire (à ne pas confondre avec l'imagination) est justement proche du Sublime de Burke. 
Un roman à sensations, et une très belle réussite.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®