Accéder au contenu principal

Contre-enquête

« Les critiques ne font qu’interpréter le cinéma. Ce qui compte, c’est d’en faire. » 
Franck Mancuso 
            Conseiller technique sur la série télévisée Commissaire Moulin, pour laquelle Yves Rénier voulait plus de réalisme, Franck Mancuso est, de fil en aiguille, embauché dans le pool de ses scénaristes. 
Il est d'ailleurs assez fier de dire que c'est dans un épisode de ladite série cathodique (Les Zombies) que, pour la première fois à la télévision française, le sacro-saint « mandat de perquisition » américain est renvoyé dans ses pénates étasuniens. 
Cette série policière, en plus de lui mettre le pied à l'étrier, lui permet de rencontrer Olivier Marchal, alors jeune « nuiteux » dans un commissariat du XIIIe arrondissement de Paris et aspirant acteur ; et avec lequel il écrira 36, quai des Orfèvres2004
Ce scénario, et surtout l'intérêt qu'ont montré des acteurs de l'envergure d’un Gérard Depardieu et d’un Daniel Auteuil pour y participer, donne à Mancuso l'idée de se frotter - à lui tout seul - à un scénario de long-métrage. 
            Ce sera « Contre-enquête2007 », basé sur la nouvelle de Lawrence Block, intitulée Une arête en travers du gosier ; disponible dans le recueil Vengeance Mortelles (éditions Le Livre de Poche™). 
Après avoir recruté Jean Dujardin, qui l'avait impressionné dans Le Convoyeur2003, Franck Mancuso propose à Pathé™ d'assurer lui-même la réalisation de son histoire. Alain Corneau, pressenti, ne pouvant se libérer à temps. 
Un coup de poker, Franck Mancuso n'avait jamais été derrière la caméra avant, récompensé par un beau carton au Box-office© lors de la sortie du film. Mais des critiques nettement moins encourageantes. 
Modeste le réalisateur en herbe explique qu'avec une distribution réussie, c'est 50 % de la mise en scène qui est déjà faite. Une équipe technique retaillée, les 50 % restant. 
            Si l'arrière-plan de « Contre-enquête » est effectivement celui de la police et du crime, un milieu que connaît très bien Franck Mancuso pour avoir passé 20 ans de sa vie dans la police, le film raconte surtout l'histoire d'un père face au meurtre de sa fille. 
L'histoire d'un policier qui, subitement, se retrouve du côté des victimes. 
Si Jean Dujardin est très convaincant en papa poule, puis en père brisé par ce qui lui arrive ; Laurent Lukas l'est tout autant dans le rôle du coupable idéal qui murmure son innocence.
« Contre-enquête » réussi la gageure d'importer la tension de Garde à vue1981, et de transformer le célèbre huis-clos en une relation épistolaire contre-nature entre Daniel Eckmann (Laurent Lucas) et Richard Malinowski (Jean Dujardin), qui décide contre toute attente de refaire l'enquête. D'où le titre du film. 
            Les points forts du premier long-métrage de Franck Mancuso ce sont : la simplicité de sa réalisation, la sobriété de l'interprétation - encore une fois Laurent Lukas est impérial d'ambiguïté, et un soin méticuleux apporté aux détails. 
Sans effets de manche « Contre-enquête » joue si bien avec nous, que je n'aurais pas été étonné d'apprendre qu’en définitive Daniel Eckmann en était le scénariste et qu’il s'était substitué à Franck Mancuso derrière la caméra. 
« Contre-enquête » est donc un excellent thriller psychologique, et un premier film très très prometteur. 
Dont la fin reste ouverte bien trop longtemps pour ne pas éviter un sévère nervous breakdown à tous ceux qui voudront bien s’y laisser prendre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®