Accéder au contenu principal

La Paille dans l'Œil de Dieu [Niven & Pournelle / Cowen, Durastanti & Girard]

J'ai lu The Mote in God's Eye1974 dans le version qu'a éditée Le Bélial'™, publiée sous le titre de « La Paille dans l’œil de Dieu » en 2007. 
Un roman dit de 1er contact (extraterrestre), dont la réputation, ce récit a paru en 1981 en Super + fiction© aux éditions Albin Michel™, en faisait à ma connaissance, un space opera « militariste ». 
Un adjectif que je ne contesterai pas si on entend par-là que l'armée y joue un rôle prépondérant. Mais qui ne convient guère si on veut souligner que ce roman est une histoire de guerre des étoiles aux nombreuses batailles.
L'affrontement qui se déroule dans les 600 pages de sa traduction révisée est plutôt celui - très plausible - de la conduite à tenir face à une civilisation qui nous serait totalement étrangère. Et supérieure.
            Découpé en quatre parties et un épilogue,
« La Paille dans l’œil de Dieu » paraît étonnamment contemporain à la lecture. Peut-être que le travail de révision de la précédente traduction, par Pierre-Paul Durastanti & Olivier Girard, y est pour quelque chose. 
En tout état de cause, Larry Niven & Jerry Pournell m'ont rapidement captivé, quand bien même l'arrière-plan politique - un empire très old school -  accusait les années qui nous séparent aujourd'hui de la première publication de cette œuvre. Dont Serge Lehman - dans une préface dont il avait le secret - nous dit qu'elle mérite le statut de « classique mineur ».
Toutefois la sérénité qui accompagne la découverte d'un roman qui va me combler n'a guère tenu plus loin que les 250 premiers pages.
            En effet, dès qu'une ambassades est envoyée sur la planète des Pailleux, le plaisir de la lecture se change rapidement en une longue, très longue attente.
Comme de bien entendu lorsque la lecture se fait moins intéressante l'esprit vagabonde, et les points qui nous paraissent faibles deviennent ceux auxquels ont réfléchit le plus. Une attention qui devient vite superflue, tant les auteurs semblent décidés à dynamiter eux-même leur propre récit.
Là où les par exemple, deux romanciers donnaient précédemment le change en proposant différents points de vue, le récit se focalise uniquement sur un trio d'intrépides survivants perdus sur la planète Alpha de la Paille.
Sensée nous éclairer sur les motivations « cachées » des Pailleux, cet intermède (bien trop long à mon goût) accouche d'une explication bien bénigne en regard des conséquences qu'elle entraînera et des manœuvres qu'elle a nécessitées.
« Tout ça pour ça me disais-je en mon for intérieur ?! ».
            Si la visite touristique avait déjà bien entamé mon plaisir de lecture, l'attaque des « lutins » n'a rien fait pour l'endiguer, et je crois bien que je suis définitivement passé en pilotage automatique à ce moment là (avec de faibles états de conscience), assommé par l'une des nombreuses poutres de dialogues qui passait par-là.
Un état de semi-conscient donc qui ne me permet pas dire quoi que ce soit de définitif sur ce roman (sinon que je n'envisage pas de le relire).
Hormis donc les ± 250 premières pages, « La Paille dans l’œil de Dieu » ne m'a inspiré qu'un ennui que je qualifierait de poli, eu égard au travail de Larry Niven, Jerry Pournelle, Eric Cowen, Pierre-Paul Durastanti, Olivier Girard et Alain Brion.
Mention particulière à la préface de Serge Lehman.

Commentaires

  1. nospam@briat.org24 août 2021 à 17:35

    De mes lointains souvenirs, ce qui m'a le plus choqué (à part le coté très old school) c'est le manque total de prudence dont font preuve les militaires suite à la "contamination" de leur vaisseau. Admettons qu'Alien soit encore très frais dans les esprits, il est tout de même bizarre que la paranoïa de la guerre froide (ou de la seconde guerre mondiale) ne soit pas présente dans ce premier contact. Quand au postulat qu'un tout petit organisme soit capable de maitriser une technologie spatiale inconnue et soit doublé nativement d'un instinct de guerilleros me semble aussi un peu tiré par les cheveux (surtout qu'il aurait pu être bien plus sournois que cela : gaz, espionnage technologique, piratage "électronique", ...).
    Les soldats ont vraiment des réactions de marins du XVIIIème siècles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Les soldats ont vraiment des réactions de marins du XVIIIème siècles. », c'est ça !
      Et j'ajouterais que les scientifiques de l'expédition ont le même millésime. [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®