Accéder au contenu principal

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur James Gunn, John Ostrander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film. 
Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), John Ostrander accorde son onction au jeune prodige. Sympa ! 
Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad®. Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par John Ostrander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission. 
            James Gunn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin importe moins que leur prochaine blague. Contrairement au ton sérieux et réaliste (grim & gritty) de la série de comic books. Toutes choses égales par ailleurs.
Ne vous méprenez pas, des morts il y en a, c’est même une hécatombe. Mais aucun qui risque de vous émouvoir. C'est sûrement le prix à payer lorsqu'on veut marier la carpe et le lapin.
Même le statut criminel des recrues est minoré. 
L’excellente séquence de l’attaque du village où est retenu en otage l’un des membres de l’équipe conjugue tout ce que la parodie peut à la fois faire, et défaire. La quintessence de la formule Gunn. 
            Du côté de la distribution, tous les comédiens sont excellents dans leur registre respectif, mais le personnage qui finalement s’en sort le mieux est - de mon point de vue - Peacemaker. Même s’il faut pour cela attendre le dernier segment d’un film un poil (trop) long à mon goût pour qu’il acquiert une profondeur psychologique qui manque cruellement à ses partenaires. Cela dit King Shark, qui obtient également le prix Kawaï© dans la catégorie « Miam-miam », peut s’enorgueillir d’être couronné mascotte officielle du film. Un prix et un couronnement largement mérités.
            Reste donc un très bon divertissement certifié Bolt porn™, où la débauche de violence et d’explosions est à la dramaturgie ce que le buffet à volonté est à la gastronomie. Rien qui ne puisse être reproché à James Gunn au vu de sa filmographie (le déterminisme mentionné supra), mais une déception certaine, vu le matériau de base. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®