Accéder au contenu principal

L'Oeil du tigre

On peut être d'accord pour déboulonner les statues, au propre comme au figuré. Ou ne pas l'être. 
Toujours est-il qu'on peut au moins s'entendre pour dire qu'il y a deux manières de le faire : par réflexe ou via la réflexion. 
Indéniablement la bande dessinée de Loulou Dedola et de Luca Ferrara appartient à la deuxième catégorie.
            Mohamed Ali est une légende, un boxeur dont la mémoire sélective médiatique n'a retenu qu'une image idéalisée qui a largement débordé les rings de sa gloire sportive. Un boxeur capable d’affronter rien de moins que Superman lui-même selon les règles du marquis de Queensberry ! (Ici sous la couverture de Joe Kubert, écarté du projet par l'entourage d'Ali car il ne dessinait pas les visages de manière assez ressemblante)
Mais derrière cette image d'Épinal se profile un homme dont l'exemple n'est sûrement pas étranger à ceux qui déboulonnent - aujourd'hui - les statues par réflexe. 
Le scénariste Loulou Dedola et le dessinateur Luca Ferrara dessinent son portrait en creux et en bosses, en s'attachant à réhabiliter le plus coriace de ses adversaires : Joe Frazier. 
Quasiment le négatif de Mohamed Ali. 
« La souffrance du peuple noir a forgé mon corps, mais n'a pas rempli mon âme de haine envers les Blancs ». 
Le Combat du siècle 
            Des « combats du siècle » il y en a eu beaucoup dans l'univers de la boxe anglaise. Mais celui qui s'est déroulé le 8 mars 1971 au Madison Square Garden, est aussi celui des idées. Celui de deux recettes existentielles dont la pertinence n'a rien perdue quelque cinquante plus tard. 
Il y a, dans le coin droit, Mohamed Ali, né Cassius Clay, invaincu au moment de la rencontre, tout comme son adversaire Joe Frazier. C'est la première fois, dans l'histoire de la boxe, que deux poids lourds invaincus s'affrontent pour le titre suprême. D’où l’emphase des promoteurs pour qualifier la rencontre. 
Embrigadé dans la Nation of Islam™ d'Elija Muhammad, Ali en est le porte-parole idéal, le « chien savant » va jusqu’à affirmer le scénariste Loulou Dedola dans l’excellent entretien qu’il a accordé au 187e numéro de la revue Sport & Vie. Un boxeur qui commence toujours ses combats en dehors du ring, en insultant ses adversaires. Mais dans le cas de Joe Frazier ça va bien plus loin. Il lui refuse d'être Noir. Pour Ali, Joe Frazier est un « Oncle Tom ». Il en fait le symbole de l’oppression Blanche. 
À ce moment-là pour Mohamed Ali, Frazier n’est plus l'homme qui a intercédé, jusqu'aux plus hautes instances, pour qu’il retrouve le droit de boxer. 
Frazier est, selon Ali, « trop laid pour être champion », il est même « trop stupide ». Mais Ali est moins sensible à la laideur ou à la stupidité de Frazier lorsque celui-ci lui prête de l’argent. Ali a, et il s'en vantera devant les caméras, lors de la troisième rencontre des deux boxeurs à Manille, pris la parole lors d’un meeting du Ku Klux Klan™ pour y vanter un ségrégationnisme que ne pouvaient qu'applaudir les encagoulés du Klan™ : « Les Noirs doivent se marier avec les Noirs. Les oiseaux bleus avec les oiseaux bleus ». Des mots qu’on croirait prononcés aujourd’hui par certains anti-racistes. 
            Et dans le coin opposé, le tenant du titre, « Smokin' Joe », le surnom de Frazier, qu'il doit au petit nuage de poussière qui apparaît dès qu'il s'entraîne au sac, tellement son crochet gauche est puissant. Un homme d'une autre trempe. 
Quelqu'un qui a aussi connu la ségrégation, et qui dès l'âge de huit se levait à quatre heures du matin pour travailler avec son père métayer dans les plantations de Beaufort en Caroline du Sud
Un jeune adolescent qui quitte l'école à 13 ans et qui a la boxe dans le sang, mais aucun ressentiment. 
Sylvester Stallone ne s'y trompera pas lorsqu'il s'agira de donner à son Rocky une personnalité bigger than life
Comme Rocky Frazier a bénéficié d'un coup de chance. Aux J.O. de Tokyo il remplace au pied levé Buster Mathis, et remporte la médaille d'or. Quatre ans après Ali. 
Mais comme Frazier Rocky Balboa s'entraîne en boxant des carcasses dans une chambre froide. 
Comme lui il finit son footing sur les marches du Philadelphia Museum of Art
Mais surtout, Joe Frazier est, lors de ces turbulentes années 1960, du côté de Martin Luther King. 
Du côté d'un humanisme qui lui fera se demander dans ses Mémoires : « pourquoi ne pourrait-on pas vivre ensemble ? ». 
            Au final si Joe Frazier remporte ce premier combat le « Combat du siècle », les deux autres rencontres qui les opposeront verront Ali gagner (de justesse). Mohamed Ali qui, malgré ses victoires controversées, tout autant que ses propos, sur lesquels on jette le manteau de Noé (voir le biopic hagiographique de Michael Mann) est celui des deux qui est pourtant resté dans l'histoire de la boxe. Et dans la mémoire collective. 
Il est aussi celui qui, visiblement, est en passe de gagner la bataille des idées, celle du racialisme et de la ségrégation. 
            En tout cas, si vous voulez lire une bande dessinée qui boxe aussi bien dans la catégorie du divertissement que dans celle du document, avec une égale aisance, « Le Combat du siècle » de Dedola & Ferrara en est une sur laquelle vous pouvez compter.

Commentaires

  1. Je connaissais pas trop Joe Frazier, ni d'ailleurs les frasques d'Ali... Qui s'est exprimé au sein du Kkk?! Ça remet bien en perspective
    Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.             

Gannibal [Masaaki Ninomiya / Vincent Marcantognini]

« Fallait [...] que je m'impose, que j'accroche le lecteur avec un truc qui pique, qui fait mal, qui marque. »  Connu pour une série, Chousou no Babel , et une histoire courte, Domestic Happiness , (toutes les deux inédites en France ) dans lesquelles la famille était déjà au cœur de leurs intrigues respectives, M asaaki N inomiya récidive en 2018, dans l'hebdomadaire Manga Goraku de l’éditeur Nihon Bungeisha™, avec sa toute nouvelle série « Gannibal », où une famille donc : Yuki , son mari Daigo , et leur fille Mashiro , s'installe dans le petit village de Kuge .  Une série qui devrait, selon toutes probabilités, se terminer à son onzième tome que vient de commencer son auteur, alors que le septième paraîtra en France en octobre 2021, aux éditions Meian™.  « Ce "truc" , c'était l'Horreur. »              Si « Gannibal », dont le titre ne laisse que peu d'équivoque sur son contenu, s'inspire en partie des Davidiens ; une secte étasunienne qu

Willie le zinzin [Stephen King / Pierre-Paul Durastanti]

« Willie le zinzin », publiée en avant-première mondiale - excusez du peu - dans la 104 eme livraison de la revue BIFROST, est une courte nouvelle d'atmosphère très très réussie. Traduite par P ierre- P aul D urastanti (un gage de qualité), elle est en outre illustrée par le talentueux N icolas F ructus.             En quelques pages seulement, presque un tour de force pour le prolixe auteur, S tephen K ing s'ingénie à brouiller les pistes de son récit pour une chute qui, si elle ne sera pas originale pour qui côtoie la littérature de (mauvais) genre, n'en est pas moins saisissante. Brrrillant !             Les éditions Le Bélial'™ n'en sont cependant pas à leur coup d'essai concernant l'auteur américain. Si mes souvenirs sont bons, la maison d'édition sise sur les bords de la Seine, à Saint-Mammès , a déjà publié dans sa revue trimestrielle deux nouvelles alors inédites en français : La nuit du tigre, et Mauvaise herbe .  Rien moins que de très surpre