Accéder au contenu principal

Dans le mille : Kaare Andrews

Kaare Andrews est un réalisateur dont la réputation cinématographique n'est pas encore égale à celle qu'il a dans l'industrie de la bande dessinée américaine. 
Toutefois, fidèle à ce qu'il fait du côté du 9ème Art, c'est à un cinéma d'entertainment qu'il se frotte ici. 
            Huitième opus d'une franchise entamée en 1993, « Sniper: Assassin’s End » ne concoure manifestement pas pour le scénario de l'année. 
Il faut d’ailleurs être vraiment culotté pour signer une histoire aussi peu vraisemblable. Ce n'est plus de la suspension d'incrédulité qu'il faut, c'est une ablation du bon sens. 
Ceci étant dit, ce n'est pas pour son scénario que je me suis aligné devant les 1 heures 35 de ce long-métrage. Mais bien pour voir le travail du réalisateur Kaare Andrews. Même si l’un n’empêche pas l’autre. 
Et là, il y a visiblement quelqu'un derrière la caméra qui veut faire de son mieux. 
            D'entrée de film, le réalisateur capte notre regard avec un soupçon d'originalité. 
Plutôt que d'alterner les plans entre un sniper et sa cible, Kaare Andrews reste auprès du tireur d'élite, lequel se met en place en suivant les faits et gestes de son objectif au travers de l'image que lui renvoie son smartphone, branché sur une chaîne qui va diffuser le discours de l’homme qui sera abattu. Un smartphone qui apparaît bien évidemment dans le même plan que le tireur. 
Si tous les plans ne sont pas aussi visiblement travaillés, tous ont le souci de proposer une composition, un cadre, un angle. 
Une mise en scène qui n’arrive cependant pas totalement à faire oublier un récit qui lui, le sera sans aucun problème. 
Heureusement la distribution semble tout aussi impliquée que le réalisateur. Et il n'y a aucun doute qu'une confiance réciproque est à l'œuvre. 
            Si « Sniper: Assassin’s End » n'obtient pas la mention « nanar de fond de catalogue » c'est en partie grâce à son sympathique casting, mais surtout à son remarquable réalisateur. Ce qui tombe bien, puisque c'est la curiosité de voir l'artiste derrière la caméra qui m'a fait passer un peu de temps devant mon écran. Reste qu'il n'aurait pas fallu grand-chose pour que le scénario tienne debout. 
Dommage.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er