Accéder au contenu principal

Dans le mille : Kaare Andrews

Kaare Andrews est un réalisateur dont la réputation cinématographique n'est pas encore égale à celle qu'il a dans l'industrie de la bande dessinée américaine. 
Toutefois, fidèle à ce qu'il fait du côté du 9ème Art, c'est à un cinéma d'entertainment qu'il se frotte ici. 
            Huitième opus d'une franchise entamée en 1993, « Sniper: Assassin’s End » ne concoure manifestement pas pour le scénario de l'année. 
Il faut d’ailleurs être vraiment culotté pour signer une histoire aussi peu vraisemblable. Ce n'est plus de la suspension d'incrédulité qu'il faut, c'est une ablation du bon sens. 
Ceci étant dit, ce n'est pas pour son scénario que je me suis aligné devant les 1 heures 35 de ce long-métrage. Mais bien pour voir le travail du réalisateur Kaare Andrews. Même si l’un n’empêche pas l’autre. 
Et là, il y a visiblement quelqu'un derrière la caméra qui veut faire de son mieux. 
            D'entrée de film, le réalisateur capte notre regard avec un soupçon d'originalité. 
Plutôt que d'alterner les plans entre un sniper et sa cible, Kaare Andrews reste auprès du tireur d'élite, lequel se met en place en suivant les faits et gestes de son objectif au travers de l'image que lui renvoie son smartphone, branché sur une chaîne qui va diffuser le discours de l’homme qui sera abattu. Un smartphone qui apparaît bien évidemment dans le même plan que le tireur. 
Si tous les plans ne sont pas aussi visiblement travaillés, tous ont le souci de proposer une composition, un cadre, un angle. 
Une mise en scène qui n’arrive cependant pas totalement à faire oublier un récit qui lui, le sera sans aucun problème. 
Heureusement la distribution semble tout aussi impliquée que le réalisateur. Et il n'y a aucun doute qu'une confiance réciproque est à l'œuvre. 
            Si « Sniper: Assassin’s End » n'obtient pas la mention « nanar de fond de catalogue » c'est en partie grâce à son sympathique casting, mais surtout à son remarquable réalisateur. Ce qui tombe bien, puisque c'est la curiosité de voir l'artiste derrière la caméra qui m'a fait passer un peu de temps devant mon écran. Reste qu'il n'aurait pas fallu grand-chose pour que le scénario tienne debout. 
Dommage.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®