Accéder au contenu principal

L'Orient-Express

... Le crime de l'Orient-Express est certainement l'un des romans le plus connu d' Agatha Christie et l'enquête la plus célèbre de son détective belge.


L'adaptation dont je vais parler et celle qui s'inscrit dans la longue série télévisée dont David Suchet est l'emblématique interprète.

Un épisode particulièrement crépusculaire, on y découvre un Poirot fatigué loin, très loin de celui des premiers épisodes de la série, (Le crime de l'Orient-Express est le 4iéme de la douzième saison) où une autosatisfaction et un plaisir du jeu transparaissaient de manière évidente. Là, un sentiment d'étouffement apparaît et s'intensifie au fur et à mesure du déroulement de l'enquête, qui rappelons-le se déroule dans un train. Un train qui va se retrouver bloqué quelques jours par une congère au milieu de nulle part. La réalisation accentue ce sentiment d'enfermement par des cadrages très serrés, et le jeu de David Suchet est magnifique : tout en silence (ou presque), en retenue. Toutes ses émotions passent par des signes furtifs, quasi subliminales.  Le dernier plan est particulièrement émouvant.
Excellent !



POURQUOI HERCULE POIROT EST-IL BELGE ?

[..] Nous sommes au début du premier conflit mondial [..] Agatha officie dans un hôpital  [..] "Naturellement il faudrait un détective [..] Je passais en revue ceux que j'avais admiré dans mes lectures. Pourquoi pas Sherlock Holmes, le seul l'unique ? Je ne serais pas capable de rivaliser avec lui. Arsène Lupin ? Mais est-ce un détective ou un criminel ? [..] Rouletabille, le jeune journaliste du Mystère de la chambre jaune ? Voilà le style de héros que j'aurais bien aimé inventer : un personnage inédit." [..] "Je songeais tout à coup à nos réfugiés belges !" Il y avait en effet, dans les villages environnants du Devonshire, des familles de ressortissants belges qui avaient fui, à l'été 1914, l'invasion allemande, et que l'Angleterre avait accueillie sur son sol. "Pourquoi mon détective ne serait-il pas belge ?" 

Lire Hors-série n°11 Agatha Christie une femme fatale

Commentaires

  1. Purée !
    C'est vrai qu'il y a un hors-série Agatha Christie ! Il me le faut !!!

    (Sinon, Le Crime... Le problème c'est que tout le monde connaît la clef de l'énigme, non ?)

    RépondreSupprimer
  2. Il y a eu récemment un documentaire à la télévision britannique où David Suchet prenait l'Orient Express pour refaire le parcours du roman de Christie. Très intéressant.

    RépondreSupprimer
  3. @ Zaït : pour la solution de l'enquête effectivement elle notoirement connue ; d'où l'intérêt de l'interprétation [-_ô].

    @ Manti : peut-être aurais-je le plaisir de découvrir ce documentaire dans un bonus DVD !?

    RépondreSupprimer
  4. Pas impossible: le docu était présenté quelques jours avant la diffusion de l'adaptation du livre lui-même (avec Serge Hazanavicius dans le rôle du contrôleur français, rôle jadis tenu par Jean-Pierre Cassel). Il se peut que ça aboutisse sur le coffret qui éditera le téléfilm.

    Je viens justement de me regarder "5 petits cochons", c'est décidément toujours un régal, Suchet en Poirot.

    RépondreSupprimer
  5. j' ai fini par la voir , cette version " suchet " du crime de l' orient express : j' adorai la version lumet mais là. ....... entre l' idée géniale de faire interoger tout les suspects par poirot de manière presque naturelle dans le froid et la^pénombre du wagon à l' arret en attendant les secours, et sa colère froide quand il refuse l' idée que les coupables s' en sortent : génial !!!!!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®