Accéder au contenu principal

Total Recall 2070

... Voilà une série qui commence bien, le pilot d'une heure vingt met en place un macrocosme qui semble inspiré directement de celui de l'écrivain Philip Kindred Dick.


Ne serait-ce qu'au travers de son titre, mais ce n'est pas tout. Météo & melting pot à la Blade Runner, sentiment paranoïaque exacerbé, des robots forcément dont certains sembles avoir développé une "conscience", une agence de "voyages" franchise de celle du film de  Paul Verhoeven, la planète Mars ..


Et un duo de flics à la Holmes & Yoyo, qui marche plutôt bien.


Et puis badaBOUM ! Toute cette belle entreprise se casse la gueule dés l'épisode suivant. Toutes les pistes aperçues lors du pilot disparaissent de la circulation pour ne laisser place qu'a une série policière comme la télévision en commet de manière pléthorique, celle-ci vaguement située dans le futur. Un futur plutôt relatif quant à la façon de mener les investigations pour qui a vu Les Experts.
J'aurais peut-être dû m'en douter d'ailleurs, après avoir cherché en vain une référence à Dick lors du déroulement du générique.



Toujours est-il que je vous passe la scène de porno soft (very soft) qui semble être dans le cahier des charges puisque chaque épisode nous en montre une (ou deux), un spectacle en tout cas qui n'a pas suffit pas à m'hameçonner.
Total Recall 207  est  peut-être une série qui se bonifie avec le temps mais je ne saurais le dire ayant quitté l'année 2070 dés le quatrième épisode car, comme l'a dit Philip Dick ; Si ce monde vous déplaît ....

Commentaires

  1. j'avais bien aimé la série, pour ma part. des épisodes inégaux (surtout au début), mais ça se bonifie avec le temps, alors qu'on entre dans les rouages de Rekall (et de sa toile de corruption), et qu'on repart sur la piste des origines de l'androïde. Dommage qu'il n'y ait eu qu'une saison.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai dû en apercevoir un ou deux lors d'une diffusion sur canal en clair. J'ai trouvé la description de l'univers claustrophobique de la station martienne assez peu convaincante - quelques décors assez pauvres. Pas accroché.

    RépondreSupprimer
  3. Si, ça se bonnifie
    A un moment, la scène de cul réglementaire disparait, le collègue réplicant devient le personnage central, même si le bogoss à charisme d'endive garde le premier rôle.
    L'ambiance noire Blade Runner se précise, les gadgets dickiens aussi. Par contre pas de débordement vers le solipsisme et la folie, et le rythme reste très pépère.
    Le concept de la série vaudrait le coup avec des scénaristes plus post-matrix, quelques vertiges cognitifs par-ci par-là...
    'suis-je un réplicant" "et si le réel était une blague" + "mes amis sont tous des traîtres" "mais je peux en devenir un aussi" + "ah mais en fait c'est juste une expérience sociologique marketing, je suis un homme libre" + "ah mais c'est moi qui ai fabriqué ce jeu" + "he mais ya un conspiration qui veut me tuer parce qu'elle me veut du bien" "gloire à la nouvelle chair".

    Là, ça serait pas mal.

    RépondreSupprimer
  4. Bon, vous m'avez convaincu je vais retourner en 2070 ....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…