Accéder au contenu principal

Tom Strong & the Robots of Doom

Tahomeh, les amis ...

... La reprise par le scénariste Peter Hogan du personnage créé par Moore est une belle réussite. Bon, Hogan connait parfaitement l'univers du héros de la science pour l'avoir animé durant quelques épisodes et pour avoir écrit les deux mini séries consacrées à Terra Obscura.

Voyage dans le Temps, famille, péripéties, univers parallèles Peter Hogan & Chris Sprouse ne ménagent pas leur héros. La réussite (du moins selon mon point de vue) de cette reprise continuation des aventures du protecteur de Millennium City incombe aussi en grande partie à l'équipe artistique (déjà présente du temps de Moore). Que ce soit Chris Sprouse déjà cité, Karl Story ou encore Todd Klein. Darlene Royer la coloriste me semble nouvelle sur le titre, il n'en demeure pas moins qu'elle effectue là un très beau travail. 


Peter Hogan a aussi le bon goût d'introduire dans cette histoire plusieurs artefacts de l'époque de Moore (sans pour cela qu'il faille connaître obligatoirement celle-ci) : Albretch & sa mère, le Dr Permafrost (au magnifique costume) personnage que connait bien Hogan pour lui avoir donné le beau rôle dans une magnifique aventure ( Tom Strong n° 24 & 35), les Salamanders (voir supra), ou encore un médaillon qui a déjà fait parler de lui.

Le scénariste cite également, avec à-propos deux inventions de son cru que l'on a vu dans le one-shot ...

Sans oublier les Deros qui n'appartiennent pas à proprement parler à l'univers d'ABC mais à celui de la science-fiction (Voir également ici). 

Or donc, Tom Strong est un personnage auquel j'ai consacré pas mal d'articles, et une série (sur laquelle j'ai échafaudé une théorie)  dont je pense qu'elle est l'une des plus intéressantes jamais écrite par Alan Moore. 



Selon l'un des axes de cette théorie, Tom Strong descend tout droit de Captain Marvel, et les Salamenders/ les Salamandres (Tom Strong n°8) apportent une nouvelle "preuve" à cette affirmation.



Dans The Marvel Family n° 64 de l'édition anglaise, Captain Marvel se confronte aussi à des hommes de lave ..


Hasard ? Coïncidence ? Ou synchronicité ?

Toujours est-il que l'édition anglaise des aventures de Captain Marvel semble aussi apporter une signification supplémentaire au symbole qui orne la poitrine de Tom Strong ....

Le triangle qui ornait les publications L.Miller & son.

Pour lire l'intégralité de l'aventure intitulée Captain Marvel and The Volcano Men, c'est par ici.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un