Accéder au contenu principal

Tom Strong & the Robots of Doom

Tahomeh, les amis ...

... La reprise par le scénariste Peter Hogan du personnage créé par Moore est une belle réussite. Bon, Hogan connait parfaitement l'univers du héros de la science pour l'avoir animé durant quelques épisodes et pour avoir écrit les deux mini séries consacrées à Terra Obscura.

Voyage dans le Temps, famille, péripéties, univers parallèles Peter Hogan & Chris Sprouse ne ménagent pas leur héros. La réussite (du moins selon mon point de vue) de cette reprise continuation des aventures du protecteur de Millennium City incombe aussi en grande partie à l'équipe artistique (déjà présente du temps de Moore). Que ce soit Chris Sprouse déjà cité, Karl Story ou encore Todd Klein. Darlene Royer la coloriste me semble nouvelle sur le titre, il n'en demeure pas moins qu'elle effectue là un très beau travail. 


Peter Hogan a aussi le bon goût d'introduire dans cette histoire plusieurs artefacts de l'époque de Moore (sans pour cela qu'il faille connaître obligatoirement celle-ci) : Albretch & sa mère, le Dr Permafrost (au magnifique costume) personnage que connait bien Hogan pour lui avoir donné le beau rôle dans une magnifique aventure ( Tom Strong n° 24 & 35), les Salamanders (voir supra), ou encore un médaillon qui a déjà fait parler de lui.

Le scénariste cite également, avec à-propos deux inventions de son cru que l'on a vu dans le one-shot ...

Sans oublier les Deros qui n'appartiennent pas à proprement parler à l'univers d'ABC mais à celui de la science-fiction (Voir également ici). 

Or donc, Tom Strong est un personnage auquel j'ai consacré pas mal d'articles, et une série (sur laquelle j'ai échafaudé une théorie)  dont je pense qu'elle est l'une des plus intéressantes jamais écrite par Alan Moore. 



Selon l'un des axes de cette théorie, Tom Strong descend tout droit de Captain Marvel, et les Salamenders/ les Salamandres (Tom Strong n°8) apportent une nouvelle "preuve" à cette affirmation.



Dans The Marvel Family n° 64 de l'édition anglaise, Captain Marvel se confronte aussi à des hommes de lave ..


Hasard ? Coïncidence ? Ou synchronicité ?

Toujours est-il que l'édition anglaise des aventures de Captain Marvel semble aussi apporter une signification supplémentaire au symbole qui orne la poitrine de Tom Strong ....

Le triangle qui ornait les publications L.Miller & son.

Pour lire l'intégralité de l'aventure intitulée Captain Marvel and The Volcano Men, c'est par ici.

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®