Accéder au contenu principal

Orphée aux étoiles

... Jean-Daniel Brèque a consacré à Poul Anderson un bien bel essai. Relativement court, un peu plus de 200 pages mais particulièrement dense et surtout, bien écrit. Orphée aux étoiles propose de retracer la biographie d'Anderson, d'analyser plusieurs de ses ouvrages, fournit une bibliographie commentée, et tout cela sous l'autorité de l'un de ses traducteurs.
Cependant Orphée aux étoiles nous offre aussi un panorama de la science-fiction des années 50 jusqu'au début du XXIième siècle au travers du travail d'écrivain de Poul Anderson : Extraits d'entretiens, anecdotes qui nous apprennent par exemple d'où vient l'expression hard science, ou celle à propos d'une nouvelle probablement écrite à partir d'une illustration (pratique qui avait déjà cours du temps d'Hugo Gernsback notamment dans le cadre de concours de nouvelles). On apprend aussi l'influence qu'a eu Poul Anderson sur quelqu'un comme Michael Moorcock, bref la petite et la grande histoire de la SF en seulement 238 pages !

Et si pour moi Poul Anderson est un auteur dont j'apprécie tout particulièrement le pendant de son œuvre qui traite de science-faërie, son champ d'action est bien entendu beaucoup  plus vaste.



... Or donc puisqu'il faut conclure, laissez-moi vous proposer  l'introduction au recueil Trois cœurs, trois lions justement publié sous la direction de Jean-Daniel Brèque, qui signe aussi la traduction ou revisite celle déjà publiée (étonnant non!?).


Commentaires

  1. A propos d'histoires écrites à partir d'une illustration, la nouvelle d'Hemingway, les tueurs, serait inspirée de la célèbre toile d'Edward Hooper, Nighthawks, comme quoi, cette pratique n'est pas spécifique aux romanciers de SF...
    Les Moutons électriques sont décidément un éditeur à suivre.

    RépondreSupprimer
  2. JE SENS que je vais dénicher ces putains de trucs, ou je vais tout faire pour, artemus, merci d' exister

    RépondreSupprimer
  3. Pour pinailler une dernière fois cette année, Trois cœurs, trois lions, n'est pas un recueil, terme réservé à une collection de textes, mais un roman complet.

    RépondreSupprimer
  4. @ : Cela ne m'étonne pas d'Hemingway, (l'un de mes auteurs favoris en passant).

    @ : Midnighter : Merci, mais pour le coup c'est Poul Anderson et Jean-Daniel Brèque qu'il faut remercier. [-_ô]

    @ : Manticore : Certes Trois cœurs, Trois Lions est un roman mais c'est aussi le titre du recueil où est il est publié (du moins en France) avec, Deux regrets c'est-à-dire deux nouvelles : L'Auberge hors du temps et La Ballade des perdants.

    Sinon merci à tous ceux qui ont pris le temps de passer lire ce blog, et à tous ceux qui prennent le temps de laisser un mot, ou deux.

    À l'année prochaine

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®