Accéder au contenu principal

Captain ZOOM


... Nuqneh Jay, il de notoriété commune que la Terre abrite de nombreux héroïnes, héros, super-héros, dieux et demi-dieux etc .., bref c'est comme chez Totor : "Qu'en y en a pus y en a encore".
Ainsi les Thermians n'ont-ils pas hésité à solliciter l'équipage du Galaxy Quest, c'est d'ailleurs une aventure similaire qui est arrivée au Captain Zoom en 1953.


Si le Théâtre des Opérations du Captain Zoom est comme il se doit l'Univers, c'est lors d'une émission de télé sur notre planète qu'il a disparu, happé par un transporteur subatomique et transporté dans un autre quadrant du système solaire (ou peut-être dans un autre système solaire brrr !!).
Cela étant c'est sur la planète Pangée (lieu de son arrivée) qu'il vivra l'une de ses aventures les plus dangereuses.
Face au terrible Lord Vox il devra faire montre de courage, qualité qui semble avoir été en partie dissoute par le transporteur subatomique, et remplacée par une trop haute opinion de lui-même et une bonne dose de couardise. Mais rien n'est impossible au Captain Zoom, même pas se remettre en question.

Y parviendra-t-il ? 


... Film éminemment sympathique, Captain Zoom offre un bon moment de détente avec un scénario plus finaud qu'il n'en parait tout de go. Alors si les effets spéciaux, les décors et les costumes semblent avoir bénéficié d'un budget riquiqui ; si l'humour potache et les péripéties convenues tirent ce film du côté du nanar il n'en demeure pas moins que l'ensemble transcende la somme des parties et hisse Captain Zoom sur le dessus du panier ! 

 
Grâce à l'effet Chocko-Socko c'est Boffo ?

Grâce à son méchant ?


 Vous le saurez en regardant Les Aventures de Captain Zoom dans l'Outre-Espace !


Commentaires

  1. Ah celui-là je l'ai récupéré également dans la caverne des introuvables, sans avoir encore eu le temps de le regarder.
    Mais vu le thème, et la présence de Ron Perlman en grand méchant, je n'ai pas hésité une seconde !

    RépondreSupprimer
  2. Si c'est du tonneau de Galaxy Quest, j'achète.
    (Captain Zoon est aussi le titre d'une série TV ringarde évoquée dans une nouvelle A.C.Clarke, "Course aux armements", dans le livre d'or de la SF. Clarke était diablement bon dans le registre parodique.

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui c'est intéressant cette nouvelle de Clarke, il y a peut-être un lien, en effet (?).

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®