Accéder au contenu principal

L'Agence

... Tout le monde connait l'idée, véhiculée par certains écrivains par ailleurs, que la fiction, que les personnages de fiction plus exactement acquièrent une autonomie propre au sein de leurs histoires. D'aucuns affirment que l'issue du roman qu'ils écrivent se construit au fur et à mesure grâce notamment à l'interaction des personnages presque à l'insu de l'auteur.


Et si tel est effectivement le cas, quelle pourrait être la solution pour l'auteur pour remédier à cette situation si la direction prise par l'histoire, ou si la destinée des personnages ne lui convenait pas ? 

Avoir recours au Bureau des Ajustements, des personnages créés de toutes pièces mais cette fois au service de l'auteur l'Auteur.

Le Plan

Des "employés" dénués de sentiment au service du Plan, celui initialement élaboré par l'Auteur (romancier, scénariste, nouvelliste etc ...).

L'Agence ou comment faire d'une contrainte le moteur d'une intrigue (essentiellement ici, sentimentale).

Ainsi L'Agence est-il le film qui nous montre l'interstice entre réalité et fiction : le Substrat (dans le film). Cette zone qui n'est plus tout à fait la réalité, et pas encore la fiction. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les membres du Bureau des Ajustements utilisent des portes pour aller d'un point à un autre de la ville à une vitesse stupéfiante ; cet interstice c'est l'intérieur du 4ième Mur.


Magnifique Emily Blunt

Vous n'y croyez pas ?  Une autre analyse est disponible ici.

Commentaires

  1. Argh, ça a l'air super, j'aurais dû y aller, tiens ! Je suis allé voir True Grit, ce soir, j'ai passé un super moment et le film est excellent mais... pas rien d'aussi excitant que ce que je lis dans ce billet, tiens.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.