Accéder au contenu principal

Jules de Grandin

... Saviez-vous que l'auteur de Weird Tales le plus apprécié en son temps n'est autre que Seabury Quinn, et je vous parle d'une époque où des pointures comme Howard Philips Lovecraft, Robert Ervin Howard ou encore Clark Ahston Smith apparaissaient aux sommaires de la revue.

Moi je ne le soupçonnais pas, mais après avoir lu Jules de Grandin, le Sherlock Holmes du surnaturel (qui réunit deux nouvelles, un roman et une longue préface) au Fleuve Noir je suis tout prêt à le croire.
Jules de Grandin est un détective de l'occulte Français qui opère principalement aux États-Unis, notamment en compagnie de son ami le docteur Trowbrige (un duo qui a par ailleurs peut-être été l'une des influence d'Andrew Singleton & James Trelawney  la paire de détectives créée par Frabrice Boulard ?).
Si, influencé par le titre du recueil on pense à Holmes & Watson, les enquêtes et les personnalités des deux protagonistes qui nous intéressent ici son sinon aux antipodes des Londoniens,  du moins suffisamment différents pour que l'aura des deux Britanniques ne fasse en aucun cas de l'ombre à Grandin et Trowbridge.
Par la barbe d'un bouc vert !

... Dire que l'on ne s'ennuie pas en lisant les récits de Quinn, n'est pas une formule tout faite, ou alors une formule alchimique, jugez plutôt ...
Des femmes nues, des hommes-léopards, des serpents lascifs, des policiers hardboiled, des Templiers, des cannibales, des sacrifices humains (de bébés sil-vous-plaît) ; des aventures où l'on voit Jules de Grandin mentir pour faire accuser une crapule et la voir rôtir sur la chaise électrique, où l'on fusille aprés avoir obtenu les renseignements demandés, où  la science se marie à l'occulte pour combattre les adversaires les plus insensés, bref des ingrédienst épicés agencés avec talent par notre auteur dans des histoires pleines de dynamisme et de rebondissements.
Autre point en faveur d'une redécouverte de Seabury Quinn et de Jules de Grandin, il n'est pas toujours question de dénouement où l'irrationnel se taille la part du lion, il s'agit parfois d'une habile manipulation utilisant la crédulité d'aucuns ; ce qui place le lecteur dans l'expectative jusqu'au dénouement. Magistral ! 
J'ajouterai que le préfacier n'est autre que Francis Saint Martin, un auteur toujours extrêmement documenté et doté de surcroit d'un beau brin de plume. 

Commentaires

  1. Toi qui est un homme de goût, dans le Palais des Déviant, on a parlé d'un autre détective du surnaturel, Solar Pons, d'August Derleth :
    http://www.palaisdesdeviants.fr/emissions/emissions/emissions-012.php

    RépondreSupprimer
  2. Je l'avions écouté amigo, merci.

    RépondreSupprimer
  3. Bah, il y avait des charretées de détectives de l'occulte dans les pulps. Ceux de Manly Wade Wellman sont très bien aussi: Judge Pursuivant, Silver John ou John Thunstone. Ou je parlais je ne sais plus où, récemment, de Pierre d'Artois, redoutable bretteur vivant à Bayonne, sous les remparts de laquelle il affrontait Malik Tous.

    Beaucoup moins farfelus que Jules de Grandin et ses exclamations façon revue de l'Alcazar.

    RépondreSupprimer
  4. Heu, en passant, je constate que je n'ai pas précisé que les aventures de Pierre d'Artois, elles sortaient de la plume d'E. Hoffmann Price, et non de M. W. Wellman!

    J'ai été confus et j'en suis confus.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Report [Scott Z. Burns / Adam Driver / Annette Bening]

« Il faut se reporter au sentiment qui prévalait en Amérique au lendemain du 11 septembre. La peur et la paranoïa étaient immenses, et je ne puis que conjecturer sur l'anxiété qui devait régner au sein de la CIA du fait de n'avoir pas pu prévenir ces attentats. » S cott Z . B urns              The Report , du réalisateur & scénariste S cott Z . B urns, est un film d'autant plus intéressant qu'il relate une enquête tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse d'une manière très attrayante.  En effet, pendant 7 ans à partir de 2009, à la demande de la sénatrice D ianne F einstein, D aniel J . J ones va, avec une équipe restreinte ( sic ) , consulter d'innombrables documents afin de faire la lumière sur les différentes formes de torture  utilisées par la CIA sur des prisonniers, entre 2001 et 2006, durant ce qui a été convenu d'appeler la « guerre contre le terrorisme ». Et sur leurs résultats. Et contre toute attente, ce film de 2 heures captive de

Mascarade [Ray Celestin / Jean Szlamowicz]

Deuxième opus de sa tétralogie consacrée au jazz et à la Mafia, Mascarade de R ay C elestin reprend une nouvelle fois l'idée d'une écriture sous contrainte.  Assurément, si dans le premier tome le romancier britannique s'inspirait d'une nouvelle de l'auteur japonais R yūnosuke A kutagawa [ Pour en savoir + ], il reproduit cette fois-ci la structure de l’enregistrement de «  West End Blues  », un  morceau de L ouis A rmstrong.  Un Louis Armstrong qu'on retrouve d'ailleurs comme protagoniste dudit roman, dont l'action se déroule en 1928, à Chicago ; en compagnie des détectives Michael Talbot et Ida Davies , également fidèles au poste. En l’occurrence celui de l'agence Pinkerton .  « J’avais l’intention de faire en sorte que mon livre suive fidèlement l’arrangement de ce morceau et que chaque personnage constitue un élément de l’instrumentation »             Si je suis particulièrement amateur du jazz des « Roaring Twenties »,  je doi

Un océan de rouille [C. Robert Cargill / Florence Dolisi]

Un océan de rouille , dont l'indispensable couverture d' A urélien P olice dit tout ce qu'il faut savoir du pacte de lecture qui attend le lecteur, est un magnifique tour de force. De fait,  stocké, fragmenté, sous une forme ou une autre, le roman de C . R obert C argil est déjà disponible dans l'imaginaire collectif. Mais le coup de maître du texan est justement de n'avoir pas voulu créer un alphabet nouveau, un projet qui ne fait généralement pas de prisonnier, mais plutôt une nouvelle combinaison de mots anciens. Pour le coup très attractive.             Dans un avenir lointain, post-humain, post-singularité, l'alternative est simple : faire partie d'une UMI (Unification Mondiale des Intelligences), ou faire face à l'obsolescence programmée en étant libre. Un océan de rouille met en concurrence ces deux options au travers du destin de Fragile , une Aidante modèle Simulacrum. Une cannibale. Or donc, si Fragile se verra embarquée dans une quê