Accéder au contenu principal

pıɐ-looʞ ɔıɹʇɔǝlǝ ǝɥʇ Acid Test



Page 56 : [..]
... Et si un tas d'âmes perdues, qui venait voir .. Ils commençaient par être fascinés. C'était trop beau pour être vrai. Le Walden Pond de Thoreau², sans les misanthropes qui tournent auteur.

... Cette citation pour le moins obscure extraite du roman de Tom Wolfe Acid Test, obscure puisque hors contexte, n'est là que pour sa note de bas de page quelque peu stupéfiante : "2. L'étang vaudois".

... Si je n'ai a priori rien contre les notes de bas de page, je suis resté interloqué par celle-ci : l'étang vaudois. Tout d'abord pourquoi ne pas avoir traduit directement le "Walden pond" dans le texte ? En outre, si d'aventure le lecture de 1975 (date de la traduction) ne connait pas Henry David Thoreau, ce n'est pas cette note qui va l'éclairer.
Certes, c'est peu de chose, toutefois Page 58 on trouve ce texte (extrait) ... "[..] Rien que ces deux relais sur la route du Wilde West, le bazar [..]", le Wilde West ? Puis plus loin "Ça chauffe dans le Wilde Weste, chers visiteurs". Coquille, volonté du traducteur de donner un rendu équivalent au texte original ?
D'autant que Tom Wolfe use de quelques effets pour donner une idée de l'état d'esprit des protagonistes de son roman qui carburent au LSD, aux amphétamines et autres substances du même acabitdabra


Vous conviendrez que j'ai pu rencontrer quelques soucis de ballastes dans ma tentative d'immersion romanesque. Problèmes renforcés par  les références à la bande dessinée américaine.

Page 42 (par exemple) :  .... Ils ne pouvaient comprendre, à moins de lui avoir donné le jour  - cette impression - ce que c'était que d'être des Super-Kids ! [..] - et les mythes qui vous empoignaient alors - pas ceux d'un Hercule, d'un Orphée, d'un Ulysse, d'un Enée mais celui d'un Superman, d'un Capitaine Merveille, d'un Batman, de la Torche Humaine, du Sous-Marinier, du Capitaine America, de l'Homme de Plastique, de l'Eclair - [..], et ne vous envolez pas allez-y, dites-le - Sésame ! Le mot magique - [..] Billy Watson avait dit Sésame ! Et s'était métamorphosé en Capitaine Merveille. Jay Garricy avait respiré un gaz expérimental dans un laboratoire de rech...

.... et s'était mis à voyager et à penser à la vitesse de la lumière .. Il était devenu l'Éclair ..[..]



Il est clair qu'en 1975 (date de la traduction je le rappelle) le monde des super-héros était beaucoup moins connu que de nos jours, et la volonté de traduire les noms des personnages est plutôt louable, même si certains sont pour le moins littérales. 

Cpedeandt je m'itnerorge sur la tasnorfamiotn de Jay Garrick (l'alter ego de Flash, l'Eclair dans la traduction de Daniel Mauroc) en Jay Garricy et Billy Batson (alias Captain Marvel ou ici Capitaine Merveille) en Billy Watson.  Berf s'il n'est pas qeusiotn puor moi de rmetrtee en qsuteion la tartuducion de  Daniel Mauroc, car elle me permet de lire ce roman dans le confort de ma langue maternelle entre autre ce qui n'est pas rien, il serait souhaitable qu'elle soit pour le moins révisée et actualisée.

Ceci étant dit, j'ai pris mon parti de ces étrangetés en les utilisant pour me rapprocher de l'ambiance du bus des Merry Pranksters de Kesey and Co.

Commentaires

  1. Actualisée? Hou, mais c'est des frais, mon pauvre. Et pour un bouquin qui doit pas se vendre assez pour justifier ça...

    Je me demande si dans le cas présent le traducteur n'œuvrait pas à la main et si une dactylo qui passait derrière n'aurait pas eu des problèmes à relire?

    RépondreSupprimer
  2. le retour du sous-marinier ! 'xactement comme dans la Chasse à la BD de Goulart !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®