Accéder au contenu principal

le Roi-Paon


... Mon intérêt pour l'occulte devait tout (sur)naturellement m'amener à croiser tôt ou tard la route de Jules de Grandin surnommé par d'aucuns le "Sherlock Holmes du surnaturel". Or donc en lisant l'une de ses aventures La fiancée du démon, où il se confronte à une secte d'adorateurs du Diable ; il est fait mention des Yezidis.

"Glorifions notre seigneur le Paon, Malek Taos, l'ange de notre Seigneur le Prince des ténèbres"

Je cite, ...


C'est dans la ville de Lalesh à proximité de Mossoul que les Yezidis ont bâti un temple où s'accomplissent d'étranges rites sanglants devant une idole en forme de paon qu'ils appellent Melek Taos, le représenatnt Shaïtan, le Démon sur la Terre. [..]
Les Yezidis sont une secte mystérieuse répandue dans tout l'Orient de la Mandchourie à l'Asie Mineure, mais surtout en Arabie du Nord à proximité du mont Lalesh.[..]


Grâce au témoignage de David Hume, esclave des Yezidis nous apprenons par ailleurs que ces derniers rendent hommage à Belzébuth en adorant son image sous la forme d'un paon, et que leur bible noire s'appelle le Khitab Asouard.

L'un des rares adeptes de ce culte qu'il m'a été donné de rencontrer n'est autre que l'inspecteur John Corbeau du 10ième commissariat de la ville de Néopolis, bien qu'à l'époque je ne savais rien des Yezidis.

Commentaires

  1. De fait, l'idée qu'ils soient "adorateurs du diable" vient de leurs contradicteurs, essentiellement musulmans, qui ne comprenaient pas leur gnosticisme fondamental. Pour les Yézidis, le monde est imparfait, un passage créé par un dieu déficient, Malik Tous se situant sur un autre plan d'extérieur, et permettant aux fidèles d'échapper à l'emprise du créateur contrefait.

    RépondreSupprimer
  2. Parmi les gens qui ont affronté Malik Tous le dieu-paon, il y a l'épéiste Pierre d'Artois, qui en a découvert un temple impie et blasphématoire sous les remparts de Bayonne, au niveau de la rue Lachepaillet.

    Enfin, c'est ce que raconte E. Hoffmann Price, en tout cas. ^______^

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos précisions, mes amis.

    RépondreSupprimer
  4. Dans "La maison dorée de Samarkand", Corto croisait leur route : http://i.imgur.com/vIZ3P.jpg

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®