Accéder au contenu principal

Outcasts 01 à 03/08

... Obligés de quitter la Terre pour des raisons nébuleuses (catastrophe(s) écologique(s) + guerre(s) ?) quelques rares survivants s'installent sur la planète Carpathia après un voyage d'une durée de 5 ans.


Si les raisons qui ont provoqué le départ de la Terre ne sont pas clairement expliquées dans les trois premiers épisodes, le nom de la planète d'accueil ne laisse pas de doute sur l'insouciance dont ont fait preuve les Terriens .... avant qu'il ne soit trop tard.
Caprathia est le nom du premier bateau qui s'est porté au secours du Titanic, et a recueilli les survivants. Ainsi il est aisé de faire un parallèle entre la Terre et le Titanic, dont l'inconscient collectif véhicule la légende qu'il était alors considéré comme insubmersible et dont le confort était tel que les passagers n'auraient pas senti le choc avec l'iceberg .. avant qu'il ne soit trop tard.


... En outre, il me parait indéniable que la série télévisée Outcasts reproduit l'installation des colons Européens sur ce qui deviendra le territoire des U.S.A. Ainsi l'opposition Wilderness/Civilisation (pour plus de développement concernant la Wilderness & le Settlement voir mes billets sur Hulk) saute-t-elle aux yeux, par exemple les colons s'installent non pas dans une ville mais dans un fort (settlement), Forthaven, ils ont un corps d'explorateurs, etc ... 

Et si les natifs semble faire défaut sur cette planète, qu'à cela ne tienne les rescapés Terrien en créeront ; offrant encore aux téléspectateurs un nouvel indice en cela que ceux-ci deviendront à l'instar des Indiens de parfaits bouc-émissaires. Par ailleurs dés le premier épisode la Frontière (composante essentielle au concept de Wilderness) apparait indubitablement comme un paramètre fondamental de la série. 


... Jacques Lacan a affirmé que l'inconscient est structuré comme un langage, à regarder Outcasts il me semble qu'il doit aussi ressembler à une caserne, aumônier compris. Cependant l'espoir est permis puisque en l'état de mon avancement dans la première saison il semble se dessiner une hiérarchie d'organisation plutôt que de pouvoir, un embryon plus exactement.

Sera-t-il viable ? Le pire est à craindre vu les événements et l'ambiance générale. Des événements & une ambiance qui fait d'Outcasts, de mon point de vue, une série particulièrement très anxiogène.    

Vous voilà prévenus !   

(À suivre... ?)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®