Accéder au contenu principal

Les Thunderbolts


... Depuis leur création par Kurt Busiek et Mark Bagley à la fin des années 90, les Thunderbolts ont connu plusieurs incarnations issues des cerveaux de différents scénaristes ayant officié sur le titre, et par ailleurs subissant les oukases des grands bouleversements qui ponctuent régulièrement l'univers 616.


Si l'équipe actuelle est le fruit des événements récents connus sous le nom de Dark Reign, elle emprunte au concept originel l'enrôlement de repris de justice, toutefois, en 1997 il s'agissait pour les super-vilains de l'époque de remplacer - sous d'autres identités que les leurs - les super-héros les plus puissants de la planète (disparus de l'univers 616) en se faisant passer justement pour des justiciers et des sauveurs. Bien entendu leur but premier était tout sauf altruiste. 

Ici, cette équipe est la partie immergée d'un programme de réhabilitation, ou plutôt proposant une réduction de peine à des détenus s'ils acceptent d'être utilisés en tant que chair à canon lors de missions périlleuses.  


Outre des détenus du Raft ("le pénitencier fédéral de haute sécurité conçu pour incarcérer des criminels aux super-pouvoirs"), cette équipe se compose du moins pour la première mission, de Luke Cage le patron de l'équipe, de Songbird et de l'Homme-Chose  


Ça c'est le coup de maître de Jeff Parker, d'autant qu'il assigne à ce dernier une mission au sein de l'équipe plutôt atypique. D'autre part on se souviendra que l'Homme-Chose avait bénéficié d'une relance (en 1997) avec un magazine à son nom en même temps qu'une flopée d'autres titre dont Alpha Flight, Deadpool, Ka-zar et .... les Thunderbolts (qui faisaient à ce moment là leurs premiers pas).

Cliquez pour agrandir
S'il est un peu tôt pour faire un pronostic sur la série, il n'en demeure pas moins qu'après seulement deux épisodes (en ce qui me concerne) Jeff Parker a réussi à captiver mon attention, associé brillamment il est vrai par l'équipe artistique composée du dessinateur Kev Walker et du coloriste Frank Martin.



Pourtant après ma première lecture du premier épisode mon sentiment était nettement plus mitigé sur ces derniers, toutefois il ne leurs a fallu que deux numéro pour me convaincre que leur approche était très réussie ; réussissant à installer une ambiance, une atmosphère bien dans le ton des scénarios de Parker,  à la fois dérangeante angoissante (les Thunderbolts ne sont pas des enfants de chœur) - voir aussi l'entrée en scène de l'Homme-Chose (un personnage très expressif alors qu'il ne dit absolument rien), et particulièrement attractive et dynamique.


En conclusion Les Thunderbolts est une série qui génère de l'attente, celle du prochain épisode ce qui est plutôt bon signe.

Commentaires

  1. Au fait, peux-tu me rappeler pourquoi la Terre de Marvel est la Terre 616 ? (Et pas Terre 1 ou 2 ?)

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble que c'est apparu dans les pages de Captain Britain, pour différencier les différentes incarnations du personnage (venant de différents univers justement).

    RépondreSupprimer
  3. OK, mais Moore (ou Davis ?) a expliqué pourquoi il a choisi 616 plutôt qu'un autre numéro ? ça à un rapport avec l'année 1961 ? (Sortie du premier FF) ou autre chose ?

    RépondreSupprimer
  4. Selon Davis la paternité en reviendrait a D.Thorpe
    http://en.wikipedia.org/wiki/Earth-616

    RépondreSupprimer
  5. Oui j'avais lu qqpart que 616 correspondait à juin 1961 (61/06) et la parution du premier Fantastic Four qui symbolise la naissance du marvelverse moderne...

    Quant aux Thunderbolts, c'est une série qui m'a toujours plutôt plu. Ses différentes moutures (depuis l'équipe d'origine de Busiek jusqu'à l'actuelle dont tu parles ici) ont toujours su me séduire. Prendre des persos de seconde zone (voire même de parfaits inconnus) permet certainement une plus grande liberté aux créateurs, et ça s'en ressent je trouve.
    Maintenant c'est Luke Cage qui chapote l'équipe, ça rappelle dans l'idée l'époque où c'était Hawkeye le patron. Curieux de voir la suite moi aussi !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®