Accéder au contenu principal

Pourquoi le Dr Manhattan est-il bleu ?

... Évacuons immédiatement une possible filiation avec les Schtroumpfs, un slip trop serré (puisque le Dr Manhattan en porte rarement), ou une cuisson trop légère (quoique de la cuisson à ma théorie il n'y a qu'un clin d'œil) pour nous intéresser à un artiste du  milieu du vingtième siècle, un artiste français de surcroît, peintre de son état.

L'art c'est la santé
 

... Judoka de haut niveau, peintre, sculpteur, performer, mystique, inventeur de l'IKB ( International Klein Blue), artiste avant-gardiste Yves Klein est aussi une influence majeure dans la création du Dr Manhattan.



... le Dr Manhattan est l'un des personnages inventés par Alan Moore, Dave Gibbons & John Higgins pour prendre part à la maxi-série de bande dessinée connue sous le nom de Watchmen (Les Gardiens), inspiré du Captain Atom des Charlton Comics.


Ce que l'on ne savait pas c'est que la couleur du personnage a certainement été inspiré par les monochromes de l'artiste français et sa célèbre invention le "bleu Klein".  

Vous en doutez !?


Pourtant, outre le bleu la maxi-série Watchmen porte la marque de l'artiste.

Ses premiers monochromes datent de 1948, en 1956 il créé l'IKB, en 1958 ce sont les Anthropométries : des réalisation peintes avec des pinceaux vivants (brevet d'invention déposé à l'INPI) :


Puis en 1961 ce sont les premières "peintures de feu" réalisées au centre d'essais de Gaz de France ... (On remarquera que la période de créativité la plus intense du peintre correspond peu ou prou à celle que Jon Osterman passe dans le giron de la physique, pour finalement "renaître" en tant que Dr Manhattan).


Des peintures au résultat saisissant :


On le voit ici l'empreinte, la silhouette, la tache ont une importance capitale pour Yves Klein ; une importance que l'on retrouve dans Watchmen au travers de la silhouette des amants sur le mur non loin du kiosque à journaux qui rappelle bien entendu les traces laissés par les morts d'Hiroshima ou de Nagasaki sur les murs. 

Watchmen page 371
Ou encore le masque changeant de Rorschach ..

Anthropométrie d'Yves Kein

Voire la transformation de Jonathan Osterman en Dr Manhattan ; à droite un extrait de la page 106 de Watchmen de l'édition Delcourt, à gauche une Anthropométrie d'Yves Klein :


... Mais Yves Klein est aussi un sculpteur, et quand il tente le mariage alchimique de la sculpture, de l'IKB et de l'Anthropométrie on ne peut qu'être confondu devant le résultat ...




Étonnifiant, non !?

Pour ceux qui trouvent ma théorie tirée par les cheveux, n'oubliez pas que le Dr Manhattan n'en a pas de cheveux.

Je remercie Alain Jaubert de m'avoir prêté sa voix, et de me faire découvrir l'art sous un jour nouveau grâce à son émission Palettes.

Commentaires

  1. C'était tellement trop beau pour être vrai que j'ai cru que c'était un poisson d'avril précoce. Eh bien, non, vérification faite (homme de peu de foi que je suis), tout est vrai.

    Il est *fort*, Artie.

    RépondreSupprimer
  2. http://i66.servimg.com/u/f66/12/06/03/05/acid_p10.jpg

    Gaz de France ?http://recresouvenirs.free.fr/methanie.html

    Je plaisante,article éminemment interessant.

    RépondreSupprimer
  3. Décidément, avec Watchmen, on en découvre tous les jour...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un