Accéder au contenu principal

Version Officielle (James Renner)

.... Si la première partie de Version officielle - le roman de James Renner - m'a vivement intéressée, la "révélation" qui en est en quelque sorte, la "planche d'appel", m'a laissée sur le cul (si vous me passez l'expression).
La suite ne s’embarrasse pas de ménager le lecteur, et pour cause : c'est tellement hénaurme, que la seule issue est une fuite en avant sans queue ni tête. 
Ainsi ai-je dû - souvent - me forcer à accepter les différents éléments qu'ajoute avec frénésie l'auteur (j'y croyais encore en dépit des signaux d'alarme). 

Si suspension volontaire d'incrédulité il doit y avoir, elle doit au moins avoir la souplesse de celles qu'on trouve sur la DS encore en circulation. Pas moins !

Mais même ça n'y suffirait pas lorsque, non content de pousser son roman dans les derniers retranchements d'une conspiration tout bonnement incroyable (même avec la meilleure volonté du monde), James Renner décide de s'approprier un terrible événement pour non, pas seulement l'intégrer à son intrigue, mais le détourner (sans jeu de mots) d'une façon qui m'a laissé pantois. Et assez mal à l'aise.

.... Si en commençant ce roman j'anticipais le plaisir que j'aurais à lire le précédent de l'auteur, la suite m'a plutôt donner l'envie inverse. 
À moins d'être une satire sur les milieux conspirationnistes - ce que rien ne laisse croire à sa lecture - Version officielle me laisse l'impression d'un roman que j'aurais pu ne pas lire. Voire que je n'aurais pas dû lire.

Ah si seulement le Maestro n'était pas une invention de James Renner ! [-_ô]  

Commentaires

  1. J'en suis à la moitié et j'avoue que les éloges lus ici et là m'ont paru exagérés. Je n'ai toujours pas réussi à accrocher aux personnages et l'utilisation des théories conspirationnistes m'a laissé sur ma faim. Je ne sais même pas encore si je vais le finir... Un livre qui aurait dû se limiter au format de la novella.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.