Accéder au contenu principal

Warren Ellis présente : HELLBLAZER

Lorsque Constantine apprend que son ancien amour a été brutalement assassiné, il se lance sans aucune hésitation à la poursuite du dangereux et mystérieux criminel. Qui a bien pu s'en prendre à la jeune femme et, surtout, pourquoi ? Quelles vérités John est-il sur le point de mettre à jour ? Sa quête est-elle uniquement motivée par une soif de vengeance ou cache-t-elle de plus sombres motivations ? 
Le voyage risque d'être éprouvant.
.... Il n'y a pas que pour Constantine que cela a été éprouvant.
Les 6 numéros mensuels qui correspondent au résumé ci-dessus (#134-#139) sont un voyage dans le sordide et l'abject le plus complaisant qu'il ma été donné de lire depuis longtemps.

J'avais déjà lu quelques uns des numéros - dans leur version originale - qui composent ce recueil, et j'avais eu vent de son contenu, mais la surprise a quand même été de taille.
Des scénarios très faibles (et le mot est faible (sic)), le reste du contenu est une suite de 6 one-shots tout aussi inconsistants, qui n'ont satisfait que ma curiosité de lire le travail d'Ellis sur ce personnage. 
Une bien piètre consolation.

Heureusement que ce volume - publié par Urban Comics - était disponible à la médiathèque où j'ai mes habitudes, car j'aurais eu pas mal de regrets si j'avais dû lâcher 22,50 € pour le lire.
Même Shoot qui fait preuve d'une belle ambition, la seule histoire à en faire preuve, est d'une naïveté à peine croyable dans son dénouement. 

Je comprends mieux les réticences de DC Comics à la publier à l'époque : si l'histoire est choquante (comme toutes celles qui la précédent), elle est surtout d'un inintérêt flagrant.
Cette péripétie (la décision de ne pas publier Shoot), la seule notable du run de Warren Ellis, a débouché sur un coup de sang du scénariste que l'on retrouve incarnée notamment dans le septième numéro de Planetary (Pour en savoir +). 
Du moins selon ma théorie.
.... Cette lecture confirme - pour l'instant - que le meilleur scénariste que j'ai lu sur cette série reste Brian Azzarello (Pour en savoir +). 

_____________________
Traduction : Philippe Touboul (qui se fend aussi d'une préface) 
Lettrage : Moscow*Eye

Scénario :  2/10 
Dessins : 4,99/10 
Appréciation globale : Sans objet

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.