Accéder au contenu principal

Zone blanche (RTBF/France 2)

.... Après deux épisodes (sur 8) menés tambour battant d'un scénario qui palpite entre whodunit et fantastique rural forestier, le constat est simple : Zone Blanche - série télévisée franco-belge - démarre très joliment. 

Pour le dire vite, on est pas loin d'un Twin Peaks version Grand Est (toutes choses égales par ailleurs) mâtiné d'un peu de Jordskott (la série télévisée suédoise). 
À tout le moins, la galerie de personnages vaut largement celle qu'avaient inventée Lynch & Frost en leur temps, et la nature vaut bien celle décrite par Henrik Björn.  
Villefranche est une petite ville isolée au cœur d’une forêt gigantesque, un labyrinthe vert de milliers d’hectares rendant toute télécommunication hasardeuse. Cet endroit pas tout à fait comme les autres a ses zones non cartographiées, ses crimes, ses disparitions et autres mystères à élucider et un taux d’homicide six fois supérieur à la moyenne nationale… mais à part ça tout va bien. Pour veiller sur elle, la ville peut compter sur son "shérif", le Major Laurène Weiss, une fille du pays forte en gueule et étrangement connectée à la Nature. 
  Mention particulière à la réalisation de ces 2 épisodes qui installent un atmosphère très réussie dés le début du premier épisode, dont l'étrangeté ne peut que captiver quiconque le voit.  
Si certains comédiens en font un peu trop à mon goût (mais la nature de leur personnage les y oblige), la distribution s'en sort d'une manière générale plutôt bien.

.... Reste que les enjeux, dopés notamment par le climax à couper le souffle du deuxième épisode, sont ou semblent assez énormes ; à tel point que je me demande si - forcément - la résolution des différentes énigmes sera à la hauteur de ce tonitruant départ.


Commentaires

  1. On se souviendra de Lost, une série très prometteuse qui tourna en eau de boudin. Cela étant, j'ai rarement visionné une série française aussi alléchante depuis des lustres. Je compte donc lui laisser sa chance.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …