Accéder au contenu principal

Projets avortés : Joe AIM + Vigilante

.... J'en avais déjà parlé lors de mes deux articles sur Micah Ian Wrigh (Pour en savoir +), un scénariste (notamment de bédé) qui, comme au bon vieux temps du maccarthysme et de la chasse aux sorcières (rouges de préférence) s'est retrouvé blacklisté et blackboulé si j'ose dire, de l'excellente série Stormwatch Team Achilles qu'il écrivait alors pour WildStorm.

Reste qu'il est parfois question de qualifier telle ou telle série de bande dessinée mainstream étasunienne de politique, et sur ce terrain Micah Ian Wright avait des idées pour le moins très intéressantes, et qui prennent un relief nouveau à l'heure actuelle :
• Pour Marvel il avait pitché un titre intitulé Joe AIM dans lequel un type, viré de son boulot, désespéré de ne pas avoir de mutuelle pour sa femme enceinte, accepte le premier job qu'il trouve et qui n'est autre que de travailler pour un groupe de terroristes international l'A.I.M. (Advanced Idea Mechanics i.e. des savants fous au service des pires criminels de la planète. Du moins celle de la Marvel).
• Et pour DC Comics, non moins politique, il devait ressusciter la série Vigilante, où un justicier auto-proclamé certifié 100% Death Wish, devait s'attaquer comme il se doit à la criminalité mais cette fois-ci celle dite, en « col blanc » !
Bref du très lourd à l'aune de ce qui se fait habituellement dans le milieu, et dont je ne cesse de regretter qu'elles n'est pas vues le jour.

Ceci étant dit, il a donc écrit 23 numéros de la série Stormwatch Team Achilles dont le premier recueil a paru dans l'Hexagone, grâce à l'éditeur SEMIC. 
Du moins grâce à l'équipe rédactionnelle française de l'époque, jamais en retard d'une bonne idée, et via une traduction de l'ami Nikolavitch.

Une série dont je vous propose huit pages, parues à l'origine dans le magazine Wizard (une sorte de Comic Box du pauvre),  qui je l’espère vous donnera envie de jeter un coup d’œil à son run qui vaut largement le coup. 

Pour les amateur de comics mainstream politiques & sévèrement burnés !
(Même les planches du dessinateur Whilce Portacio, dont je n'apprécie guère le travail habituellement, passent comme une munition haute vélocité dans un gilet pare-balles, c'est dire si c'est du très bon matos)









_____________
Vous pourrez aussi, le cas échéant, lire le premier épisode que j'avais mis en ligne sur mon blog : (Pour en savoir +)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.