Accéder au contenu principal

Projets avortés : Joe AIM + Vigilante

.... J'en avais déjà parlé lors de mes deux articles sur Micah Ian Wrigh (Pour en savoir +), un scénariste (notamment de bédé) qui, comme au bon vieux temps du maccarthysme et de la chasse aux sorcières (rouges de préférence) s'est retrouvé blacklisté et blackboulé si j'ose dire, de l'excellente série Stormwatch Team Achilles qu'il écrivait alors pour WildStorm.

Reste qu'il est parfois question de qualifier telle ou telle série de bande dessinée mainstream étasunienne de politique, et sur ce terrain Micah Ian Wright avait des idées pour le moins très intéressantes, et qui prennent un relief nouveau à l'heure actuelle :
• Pour Marvel il avait pitché un titre intitulé Joe AIM dans lequel un type, viré de son boulot, désespéré de ne pas avoir de mutuelle pour sa femme enceinte, accepte le premier job qu'il trouve et qui n'est autre que de travailler pour un groupe de terroristes international l'A.I.M. (Advanced Idea Mechanics i.e. des savants fous au service des pires criminels de la planète. Du moins celle de la Marvel).
• Et pour DC Comics, non moins politique, il devait ressusciter la série Vigilante, où un justicier auto-proclamé certifié 100% Death Wish, devait s'attaquer comme il se doit à la criminalité mais cette fois-ci celle dite, en « col blanc » !
Bref du très lourd à l'aune de ce qui se fait habituellement dans le milieu, et dont je ne cesse de regretter qu'elles n'est pas vues le jour.

Ceci étant dit, il a donc écrit 23 numéros de la série Stormwatch Team Achilles dont le premier recueil a paru dans l'Hexagone, grâce à l'éditeur SEMIC. 
Du moins grâce à l'équipe rédactionnelle française de l'époque, jamais en retard d'une bonne idée, et via une traduction de l'ami Nikolavitch.

Une série dont je vous propose huit pages, parues à l'origine dans le magazine Wizard (une sorte de Comic Box du pauvre),  qui je l’espère vous donnera envie de jeter un coup d’œil à son run qui vaut largement le coup. 

Pour les amateur de comics mainstream politiques & sévèrement burnés !
(Même les planches du dessinateur Whilce Portacio, dont je n'apprécie guère le travail habituellement, passent comme une munition haute vélocité dans un gilet pare-balles, c'est dire si c'est du très bon matos)









_____________
Vous pourrez aussi, le cas échéant, lire le premier épisode que j'avais mis en ligne sur mon blog : (Pour en savoir +)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un