Accéder au contenu principal

Howard le canard (Marvel/Hachette)

Contient les back-ups de Giant-Size Man-Thing #4-5, Howard the Duck #1-8 & 16 + des extraits d' Adventure Into Fear #19 et de Man-Thing #1
 _______________
••• Le 80ème tome de la collection Marvel comics la collection de référence diffusée par Hachette dans le réseau presse, est consacré à Howard le canard.
Et pour le coup, il s'agit d'une édition comme je les aime. Autrement dit la volonté de faire découvrir ce personnage plutôt méconnu de ce côté-ci de l'Atlantique, est pleinement assumée et parfois de façon audacieuse.

Ainsi après une préface de Marco M. Lupoi, on est plongé in medias res dans le Man into Fear n°19. 
L'expression latine n'a jamais été aussi justifiée qu'ici, puisqu'il s'agit d'un extrait de ce dix-neuvième numéro (celui où apparaît justement Howard the Duck), et seulement les pages qui le concerne. Puis, sans transition apparente suivent des pages du Man-Thing n°1. 
Je crois d'ailleurs que le passage d'un numéro à l'autre restera invisible à ceux qui n'ont pas les numéros en question sous les yeux. De l'audace disais-je.
Mais, la rédaction de ce recueil a décidément bien pensé la chose puisque un court texte nous explique le pourquoi du comment qui précède ces pages. 
Le soin y est poussé jusqu'à mettre cette explication sous une forme plutôt ludique (que je vous laisse découvrir).
Ça commence bien !

On enchaîne ensuite sur 2 histoires courtes parues en complément de la série régulière consacrée au Man-Thing (n°4 et 5). 
Là aussi le choix est judicieux, d'autant qu'il permet de mettre les projecteurs sur le talent du créateur d'Howard : Steve Gerber. Et sur son originalité, même en regard des années 1970 qui n'ont pas été avares dans ce domaine, qui apparaît avec la très bonne idée d'inclure le seizième numéro de la série régulière, sur lequel revient d’ailleurs Marco M. Lupoi dans sa préface. Un numéro à tout point de vue extra-ordinaire.
Il y a là encore, la volonté manifeste de faire de l'édition et non pas seulement de la publication. Félicitations !

Et on termine par du paratexte sur Gerber & Howard, non sans oublier de mentionner le plat de résistance de ce - décidément très très bon recueil - les huit premiers numéros de la série régulière qui a été dédiée au plus turbulent canard de la Marvel (avec les couvertures originales).

       Une belle réussite dont le mérite de l'édition  revient donc - je suppose - à Béatrice Capelle (directrice éditoriale), Sophie Landais (responsable de projets), Éléonore Doosterlinck (assistante d'édition), Charlotte Borelle (Chef de projet) ... et bien sûr Benjamin Viette (MAKMA) pour la traduction, et Stéphane Boschat (MAKMA), Cyril Bouquet & Sabine Maddin pour le lettrage. 
Je citerais pour finir Pascal Vautier & Amandine Apelbaum, tous les deux à la fabrication, qui le mérite également, tant il semble que le soins apporté à cet édition (la facture comme on dit) a aussi été l'objet d'une attention particulière.
Et tout cela pour 12,99 € !
_____________
Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur Howard & Steve, j'ai écrit plusieurs commentaires sur ce blog dont ils ont été l'objet, ainsi que sur l'édition francophone de cette série paru au Québec.
Il suffit de cliquer sur "Howard the Duck" et "Steve Gerber" dans les libellés pour y accéder.

Bonne lecture

MISE À JOUR : Je soulignais le beau travail de cette édition, notamment l'utilisation des pages extraites de la série Man into Fear & Man-Thing pour introduire Howard de façon intuitive, croyant qu'il s'agissait d'une décision de l'édition française.
Sans rien enlever aux félicitations que j'adressais à l'équipe éditoriale, il semble bien que cette édition bénéficie surtout du savoir-faire de Hachette Partworks Ltd qui propose cette collection dans plusieurs pays. Dont acte !

Commentaires

  1. Enfin une édition française d'Howard the Duck. Dommage que Panini ne fasse aucune communication dessus. Par contre, impossible d'en trouver un exemplaire en kiosque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la diffusion n'est pas très étendue. Le cas échéant tu peux passer par ce site :
      https://www.hachette-collections.com/commander-un-numero/votre-choix.htm?id_collection=177

      Menu déroulant pour choisir le numéro, pas besoin d'ouvrir un compte et livraison en une dizaine de jours (+ ou -).

      [-_ô]

      Supprimer
    2. Un grand merci. Ma commande vient de partir. J'en ai profité pour prendre le Black Panther de John Romita Jr. Et bravo pour vos écrits.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …