Accéder au contenu principal

Les Amazoniques (Boris Dokmak)

.... Deuxième roman de Boris Dokmak, (9,90 €) paru aux éditions RING/La Mécanique Générale, Les Amazoniques est un polar dit « ethnique ».

C'est-à-dire un roman qui, s'il s'articule autour d'un meurtre et d'une enquête, s'attache à décrire le plus précisément possible les us & coutumes d'une société étrangère (ou supposée telle), voire exotique, aux lecteurs qui la liront. 
Un milieu qui n'est pas un décor de carton-pâte mais presque un personnage à part entière, en tout cas un élément essentiel de l'histoire (sans pour autant qu'il soit d'une rigueur scientifique à toutes épreuves).
Des romanciers comme Tony Hillerman, Arthur Upfield ou encore Caryl Férey s'y sont frottés avec succès & brio.
Kourou, 2014, une femme fait son jogging et se retrouve subitement nez à nez avec un Indien qui s’effondre devant elle. C’était le dernier des Arumgaranis.
Boris Dokmak nous emmènera, suite au prologue brièvement résumé supra, en 1967 au cœur d'une Guyane qui emprunte autant à Joseph Conrad (celui d'Au cœur des ténèbres) qu'à Hergé (au travers de la tribu des Arumgaranis) sur les traces d'un flic métropolitain envoyé là-bas pour faire la lumière sur un meurtre. 

Son personnage principal, l'ex-lieutenant Saint-Mars, dont la gouaille n'est pas sans rappeler celle des personnages chers à Auguste Le Breton, mettra au jour un événement oublié de l'Histoire (et toujours pas admis pas ses instigateurs), mais transposé, dans une veine proche de ce qu'a fait avec beaucoup de talent Didier Daeninckx dans des romans comme Meurtre pour mémoire ou Le Der des ders.

.... La version poche que j'ai lue fait 454 pages, et sans rien enlever à l'originalité du mobile, pas plus qu'à l'ambiance du roman, ni à l’intérêt que j'ai éprouvé envers des Arumgaranis force m'est de dire que Les Amazoniques est un roman qui aurait - selon moi - gagné à être plus court. 
Les préparatifs qui se déroulent à Santa Margarita sont bien trop longs (sans qu'ils apportent quoi que ce soit d'essentiel à l'intrigue), le voyage puis la fuite de Saint-Mars sont eux aussi interminables, et finalement l'épilogue tombe sans que j'aie trop bien saisi comment il s'articule avec le prologue (y a-t-il eu une enquête en 2004 ? Quid du « livre noir » ?)  .  

Cela dit, il y a de très très bons moments, notamment quelques digressions sur les Arumgaranis et l'idée que s'en font les intellectuels « civilisés», quand bien même s'agit-il ici d'un peuple fictif.

.... En définitive me reste un sentiment très mitigé, et si Les Amazoniques m'a donné envie de lire de nouveau - malgré tout- Boris Dokmak (dont l'imagination m'a séduit), la pagination de son autre (et précédent) roman : La Femme qui valait trois milliards (758 pages) douche pour l'instant mes velléités .

(À suivre .... ?) 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…