Accéder au contenu principal

The Sandman Presents The Corinthian (Darko Macan/Danijel Zezelj)

.... The Sandman la série de bande dessinée encensée et multi-récompensée a aussi suscité quelques séries dérivées.
Dont l'une, écrite par Darko Macan (un scénariste que j'aime beaucoup) et dessinée par Danijel Zezelj (un artiste que j'aime tout autant), consacrée à l'un des plus dérangeants personnages de la série : le Corinthien.
Pour apprécier pleinement cette histoire, il faut impérativement avoir lu au préalable le quatorzième épisode (numérotation U.S.) de la série principale (et les précédents) qui se concentre sur une convention d'un genre très particulier (The Sandman tome 1 chez Urban Comics), certainement l'histoire qui m'a le plus mis mal à l'aise.

Les trois numéros de Dacan & Zezelj se déroulent à Venise en 1920, durant l'absence du Sandman.

Difficile de résumer de quoi il retourne. Ou disons plutôt que la pierre angulaire du récit est plus de l'ordre de l'atmosphère, du sensible et de l'étude de caractères que de la diégèse. En tout cas Zezelj et Macan se fondent avec beaucoup de facilité dans le moule et propose un pur produit Vertigo (autrement dit, très littéraire).   
Macan y apporte l'une de ses fixettes - la guerre - et Danijel Zezelj tout son talent, aussi atypique & expressionniste soit-il ; pour un résultat de tout beauté. Et tout aussi dérangeant que l'épisode intitulé Les Collectionneurs, auquel je faisais justement référence. 
.... Accessoirement, j'ai découvert - dans un bac de la nouvelle médiathèque que je fréquente - une édition française de ces trois numéros.

En effet les éditions Mosquito ont publié un album (traduction de Rodolphe Périssinotto) intitulé La Mort dans les yeux (au prix de 13 €), qui les reprend. 

Sans aucune mention à The Sandman. Même pas dans le titre qui ampute le « The Sandman presents .... » dans la page des crédits, pour se contenter d'un sobre « The Corinthian 2002 ». On est pourtant en 2004 alors, et la série de Neil Gaiman est publiée par les éditions Delcourt
Et si elle aura du mal à s'imposer en France (elle connaitra 4 éditeurs différents), elle y est déjà auréolée d'un prestige certain. 
L'album ne bénéficie pas plus d'une mise en contexte et, tout aussi réceptifs et astucieux que soit les lecteurs, j'imagine que sans connaître le background du personnage principal, ça n'a pas du être facile de s'immerger dans ce récit.
En outre, l'éditeur hexagonal propose un album en noir & blanc sans préciser non plus qu'à l'origine les planches sont en couleurs (et l'oeuvre de Sherylin van Valkenburgh). 

Bref beaucoup de désinvolture préside à cette publication, je trouve.   
.... Reste que les amateurs de Sandman, publiée chez Urban Comics et traduit par le (plus que) talentueux Patrick Marcel, pour qui la langue de Shakespeare garde tous ses mystère, peuvent tenter de dénicher cet album, qui mérite plus qu'une mention dans un obscur blog tel que le mien ; mais bien toute votre attention.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…